" Plusieurs personnes ont concouru à l'assassinat " — Affaire Gregory

Henri Michaux
Juin 17, 2017

Coup de théâtre, 32 ans après la mort du petit Grégory: sa grand-tante, Jacqueline Jacob, a été mise en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort, vendredi à Dijon, dans cette affaire, une des plus énigmatiques de l'histoire criminelle. L'instruction a toujours balancé en ces deux pôles pour trouver un auteur à la mort du petit Grégory: le "clan " Laroche, et le "clan " Villemin. Le 16 octobre 1984, le corps de Gregory Villemin, âgé de 4 ans, est retrouvé dans une rivière, La Vologne. Lorsque sa belle-fille Christine - la mère de Grégory - est accusée d'avoir assassiné son propre fils lors d'un procès, Monique Villemin se constitue partie civile pour soutenir l'accusation. "Je vous ferez votre peau a la famille Villemin" peut-on notamment lire sur le courrier anonyme truffé de fautes d'orthographe. Un surnom qui revient étrangement dans la lettre de revendication du meurtre du petit Grégory, envoyée au parents le 16 octobre 1984, le jour du crime. AFP Divers objets placés sous scellés, dont des vêtements de Grégory, vont être soumis à une expertise ADN, a décidé la cour d'appel de Dijon, le 3 décembre 2008.

Marcel Jacob, oncle maternel de Jean-Marie Villemin (le père de Grégory), et sa femme Jacqueline ont été déférés au parquet général de Dijon vendredi, rapportent plusieurs médias français. Ils ont été placés en détention provisoire pour quatre jours, au terme desquels la présidente de la chambre d'instruction devra décider si le couple sera placé sous contrôle judiciaire.

"En vingt ans d'exercice professionnel, je n'ai jamais vu ça de ma vie". L'enquête, dont les investigations n'ont pas cessé depuis 2008, n'a pas réellement révélé d'éléments nouveaux. "Je ne comprends pas", a déclaré Me Giuranna à l'AFP. Selon des sources proches du dossier, le parquet général a requis une mise en examen pour séquestration dans le chef du premier nommé. Il doit tenir une nouvelle conférence de presse à 14H00 GMT ce vendredi. Cette dernière a été remise en liberté jeudi en fin d'après-midi.

Depuis l'arrestation de Marcel et Jacqueline Jacob mercredi 14 juin 2017, les principaux protagonistes ne se sont pas exprimés. "Plusieurs personnes ont concouru" à l'assassinat de Grégory, avait-il ajouté.

Bertrand Traoré à Lyon, accord trouvé — OL
Le dossier semble complexe puisque le président évoque une forte concurrence sur l'international burkinabé. Recruté à l'AJ Auxerre à l'été 2014, Traoré n'a toujours pas réussi a s'imposer chez les Blues .

Grégory La grand-tante inculpée pour enlèvement et séquestration
Les grands-parents paternels de l'enfant avaient également été entendus comme témoins à leur domicile dans les Vosges. Si la mise en examen de Jacqueline et Marcel Villemin semble lever certains doutes sur l'enquête, il n'en est rien.

Grégory: ceux qui ont participé à l'enlèvement sont "les auteurs du crime"
Dans les lettres reçues par les Villemin, le père était surnommé "Le Chef", signe de la supériorité présumé du père de famille. Ce corbeau, qui a endossé successivement un nombre d'identité inimaginable tout au long de l'affaire, serait en fait pluriel.

De nouvelles expertises d'une lettre anonyme de menaces adressée en 1983 au père du petit Grégory orientent les soupçons du meurtre sur Jacqueline Jacob.

Y-a-t-il des preuves que Jacqueline et Marcel Jacob soient bien les "corbeaux " ( auquel cas, les lettres anonymes viendraient aussi d'eux et - si l'on en croit le procureur - la lettre de revendication du crime )? La grand-mère aussi était entendue par la police, en audition libre.

L'affaire a également été relancée grâce à Anacrim, ce logiciel conçu et utilisé par la gendarmerie, qui permet de replacer "tous les éléments d'une enquête dans le temps et dans l'espace".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL