Deux journalistes de France 2 grièvement blessés lors d'une attaque à Mossoul

Vanessa Beaulieu
Juin 19, 2017

Trois journalistes français, dont deux travaillaient pour "Envoyé spécial", ont été blessés lors de l'explosion d'une mine à Mossoul, et le journaliste kurde qui les accompagnait a été tué, a indiqué France Télévisions dans un communiqué lundi.

Trois journalistes français ont été blessés après avoir sauté sur une mine à Mossoul en Irak. Leur fixeur, un journaliste de la chaîne d'information Kurdistan 24 dénommé Bakhtiyar Haddas, a lui été tué sur le coup.

Les quatre journalistes couvraient le conflit extrêmement violent auquel se livre le pays contre le groupe Etat Islamique. Selon cette source, deux d'entre eux seraient grièvement blessés et auraient été hospitalisés dans une base militaire américaine à Qayyara.

Reporters Sans Frontières a exprimé "sa vive émotion" après ce drame.

NKM battue dans la 2e circonscription de Paris — Législatives
Il a été placé en garde à vue "pour des faits de violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public". Après plusieurs minutes, elle a repris connaissance avant d'être transportée à l'hôpital pour des examens médicaux.

F1 : Le GP de France prend forme
La saison démarrera le 25 mars à Melbourne (Australie) et se terminera le 25 novembre à Abu Dhabi (Émirats Arabes Unis). Autrement dit pour le lancement de la saison estivale en Europe, juste après le Grand Prix du Canada.

Le suspect placé en garde à vue — NKM
Le soir, il a dit à des collègues qu'il devait remonter sur Paris parce qu'il était convoqué à la police ". La candidate LR aux législatives a chuté et perdu connaissance plusieurs minutes, sous une forte chaleur.

Un reporter de Télérama, Nicolas Delesalle, a confirmé sur Twitter que le journaliste Samuel Forey avait été blessé lors de l'explosion.

Ces journalistes accompagnaient les forces spéciales irakiennes dans la bataille pour reconquérir la deuxième ville d'Irak des mains du groupe Etat islamique (EI), où quelque 100.000 civils sont "retenus comme boucliers humains" par les jihadistes selon l'ONU.

"C'est la bataille la plus dangereuse en raison de la configuration de la vieille ville et de l'importante densité de population", a-t-il ajouté.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL