Heures du Mans: Porsche au bout du suspense, Toyota n'y arrive pas

Thibaut Duval
Juin 19, 2017

Ce dimanche après-midi, la Porsche victorieuse venait tout juste de passer la ligne d'arrivée, que sur son profil Twitter, Toyota annonçait son retour: " Vous ne choisissez pas de gagner Le Mans, Le Mans vous choisit.

Accablée après l'abandon à 3h30 de la Porsche du leader André Lotterer (moteur), l'usine Porsche a finalement réussi à décrocher un historique dix-neuvième succès aux 24 Heures du Mans à l'issue d'une 85ème édition complètement folle marquée par une nouvelle débâcle Toyota. Et comme l'an passé, c'est l'écurie allemande qui a profité des malheurs du constructeur japonais pour s'imposer pour la troisième année d'affilée après ses victoires en 2015 et 2016. Tout s'est écroulé en l'espace d'une demi-heure, la N.7 (Sarrazin-Conway-Kobayashi) et la N.9 (Lapierre-Lopez-Kunimoto) contraintes tour à tour d'abandonner. D'abord sa n°7, à cause d'un problème de boîte de vitesses et d'embrayage. La Porsche avait dû observer un long arrêt à son stand (plus d'une heure) en raison de problèmes techniques. Mais certains l'oublient, les 24 Heures du Mans n'est pas une épreuve de sprint, mais bien une course d'endurance. Ensuite sa n°9, qui a eu un accrochage avec un autre véhicule.

Porsche remporte les 24 Heures du Mans pour la troisième année consécutive
Mais avec deux tours d'avance seulement sur la Porsche n°2 et plus de trois heures de course à tenir, l'Oreca n'a pas réussi l'exploit.

Elections législatives : le second tour vu à travers la France
Nouvelle soirée spéciale sur France 2 ce soir, puisque la chaîne se mobilise pour ce second tour des Élections Législatives . Après un premier tour marqué par une abstention record (51,29 %), les électeurs votent pour élire leurs 577 députés .

Cinq soldats maliens tués dans une attaque contre l'armée — Mali
Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Cette attaque n'a pas été revendiquée dans l'immédiat samedi.

La voiture, emmenée par l'Allemand Timo Bernhard et les Néo-Zélandais Brendon Hartley et Earl Bamber, a pris les commandes de la course un peu plus d'une heure avant l'arrivée, en dépassant l'Oreca-Gibson n°38 du Jackie Chan DC Racing (à laquelle appartient le Français Thomas Laurent), qui termine en deuxième position.

Mais avec seulement deux tours d'avance sur la Porsche n°2 et plus de trois heures de course, l'exploit historique qui aurait relevé du miracle ne s'est pas produit.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL