Majorité En marche aux législatives : ils n'y croyaient pas!

Leopold Bellegarde
Juin 19, 2017

Les listes écologistes ont recueilli 4,30% des suffrages.

Les sondages prédisent un net succès au parti présidentiel de la République en marche (REM), mais l'abstention pourrait atteindre un niveau record sous la Ve République, ce qui introduit un élément d'incertitude. "Malgré l'abstention, le message des Français est sans ambiguïté", a relevé, de son côté, le Premier ministre, Édouard Philippe.

Le pari est presque remporté pour les membres du nouveau gouvernement dont le poste dépendait de leur élection: Richard Ferrand dans le Finistère, Bruno Le Maire dans l'Eure, Christophe Castaner dans les Alpes-de-Haute-Provence ainsi que Mounir Mahjoubi et Marielle de Sarnez à Paris sont tous en ballotage favorable.

Ces résultats sont "le signe d'une réelle adhésion aux réformes que nous avons commencé à mettre en oeuvre", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb.

Plus de la moitié des Français (51,29%) n'ont pas voté dimanche au premier tour des élections législatives qui ont vu le tandem La République en Marche-MoDem balayer la droite, alors que le Parti socialiste connait une véritable bérézina. Les Républicains, compteraient eux, de 70 à 110 sièges, le Parti socialiste, les radicaux de gauche, EELV et les divers gauches de 20 à 30 sièges, La France insoumise et le PCF de 8 à 18 sièges, le Front national de 1 à 5 sièges. Plusieurs anciens ministres du quinquennat précédent ont été battus, à l'image du candidat socialiste pour la présidentielle, Benoît Hamon, et du premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis. Son successeur à Matignon Bernard Cazeneuve a appelé à "rebâtir la gauche de gouvernement".

" "Le FN sera " la seule force de résistance " pour Marine Le Pen
Visiblement, beaucoup d'électeurs de gauche sont restés chez eux, déçus sans doute de ne pas être représentés. Ludovic Pajot et les sept autres députés FN élus feront mercredi leur entrée à l'Assemblée nationale.

James Comey incrimine Trump devant le congrès
Il a confié aussi avoir "craint honnêtement" que le président des États-Unis ne mente sur la nature de leurs rencontres. Mais 'je l'ai interprété comme une instruction', a-t-il dit, refusant de jouer sur les mots.

L'armée américaine a abattu un avion syrien
Mais l'objectif du régime n'est pas Raqa, que tentent de capturer les FDS, alliance de combattants kurdes et arabes anti-EI. Le communiqué précise que " l'avion a été abattu et le pilote porté disparu ".

Avec cette majorité absolue à portée de bulletin de vote, c'est toute la stratégie d'Emmanuel Macron qui se trouve une nouvelle fois validée. Les deux candidats entendent faire partie de la majorité présidentielle s'ils sont élus.

Le chef du parti conservateur Les Républicains, François Baroin, a également exhorté les électeurs à se manifester en plus grand nombre la semaine prochaine pour faire en sorte que le parti d'Emmanuel Macron se trouve face à une forte opposition.

Quant au FN, il obtiendrait seulement un à dix sièges, contre deux lors de la précédente législature. Avec un score de 13,2% très éloigné de celui de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle (21,3%).

C'est "une déception", a reconnu son vice-président Florian Philippot: la barre des quinze députés pour former un groupe avait longtemps constitué un objectif minimal.

Mme Le Pen, arrivée "largement en tête" dans le Pas-de-Calais, a elle centré sa riposte sur le "taux d'abstention catastrophique" qui "pose la question du mode de scrutin" majoritaire. La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon aurait 10 à 20 sièges. Mais "la division des forces de gauche se paie très cher", regrette le dirigeant communiste Pierre Laurent, critiquant le refus d'alliance de Jean-Luc Mélenchon, qui avait réuni plus de 19% des voix au 1er tour de la présidentielle. Arrivé en tête avec 35% des voix, il ne devance que de quelques voix sa concurrente du parti La République en marche Caroline Reverso Meinietti, 32,35%. "Le triomphe du parti au pouvoir au premier tour des élections législatives, malgré un taux record d'abstention, est présenté dans des médias comme une victoire largement méritée pour cette France "fatiguée", tandis que le même résultat en Russie en 2016 a été qualifié de "dictature en forme de démocratie", écrit un journal russe".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL