Pari perdu pour Theresa May — Législatives britanniques

Aubin Brasseur
Juin 19, 2017

Les Conservateurs obtiennent 318 sièges, contre 261 pour les Travaillistes de Jeremy Corbyn.

Le taux de participation (68,72%) est le plus élevé pour des élections législatives depuis 1997.

Son parti des conservateurs a perdu la majorité absolue au Parlement, selon les résultats officiels rendus publics ce vendredi 9 juin. Les conservateurs de la Première ministre Theresa May restaient favoris des instituts de sondages, qui n'ont pas toujours vu juste notamment aux élections de 2015.

"Ça ne sera pas sans impact, sans doute, sur l'esprit des négociations, sur la donnée politique des négociations, mais ça ne remet pas en cause l'ouverture des négociations", a dit Pierre Moscovici. Mais les travaillistes de M. Corbyn, tenant de l'aile gauche et qui a mené une campagne jugée réussie, ont contrarié ces plans.

Malgré des appels à la démission, Theresa May dit qu'il formera un nouveau gouvernement.

En outre, au sein même des Tories, l'ancienne ministre Anna Soubry a estimé que la Première ministre devait envisager une démission.

Elle doit s'exprimer à nouveau dans la matinée.

Pour contrer cet échec, Theresa May espère compter sur le soutien du parti nord-irlandais unioniste DUP, qui a remporté dix sièges pour gouverner. La Bourse de Londres a quant à elle ouvert en hausse de 0,60%, les grandes multinationales cotées sur ce marché profitant de l'affaiblissement de la livre. Elle a souligné que Theresa May se trouve 'dans une situation très difficile'. "En ce qui concerne la Commission, nous pouvons ouvrir des négociations dès demain matin à neuf heures et demie, alors nous attendons de recevoir des visiteurs de Londres", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Coupe des Confédérations : La Russie veut bien débuter devant son public
Dès lors, il peut être compliqué d'imaginer comment le Mexique pourrait mettre à Terre le Portugal , championne d'Europe. Le pays hôte du prochain Mondial en 2018 n'a pas raté le coche en ouverture de la Coupe des Confédérations .

Agression de NKM : l'agresseur présumé est maire d'une commune de l'Eure
Son adversaire de LERM qui fait la course en tête avec plus de 41 % des voix dimanche, a arrêté sa campagne. La vague de sympathie qu'elle a suscitée aura sans doute un effet dans les urnes.

Porsche remporte les 24 Heures du Mans pour la troisième année consécutive
Mais avec deux tours d'avance seulement sur la Porsche n°2 et plus de trois heures de course à tenir, l'Oreca n'a pas réussi l'exploit.

"Les Britanniques doivent négocier la sortie (de l'UE) mais avec un partenaire de négociations faible, il y a un danger que les négociations soient mauvaises pour les deux parties", a-t-il dit à la radio allemande Deutschlandfunk. Résultat: "toute l'approche du Brexit est remise en question". Environ 56% des moins de 35 ans se sont déplacés jeudi pour élire leur député, selon un sondage publié par le magazine musical NME, qui a récemment consacré sa une au leader de l'opposition travailliste.

Pour Guy Verhofstadt, chef des négociateurs du Brexit au Parlement européen, les négociations, dejà complexes, seront encore plus compliquées avec le pari perdu de Theresa May. La gauche a toutefois entamé une remontée spectaculaire, qui a abouti à un résultat particulièrement décevant pour les conservateurs. Leur numéro 2, Angus Robertson, ainsi que leur ancien leader, Alex Salmond, sont battus. La Première ministre aura également du mal à imposer son autorité à son propre parti et risque d'être davantage redevable aux eurosceptiques de son camp.

Les Libéraux-Démocrates, seul parti résolument europhile, gagne quatre sièges, soit maintenant 12 mandats.

La publication de ces premiers chiffres a entrainé une chute de la livre sterling jeudi soir.

Le parti europhobe Ukip perd son unique siège.

"Je suis tellement contente, c'est une véritable vengeance pour nous" se réjouissait Sarah Holmes, 26 ans, en fêtant le bon résultat du Labour dans un bar de Londres. "Je connais des tas de gens qui n'ont pas voté l'an dernier (sur le Brexit, ndlr), mais ils ont réalisé qu'on pourrait foirer s'ils n'y allaient pas cette fois".

Après les surprises du Brexit et de l'élection de Donald Trump, "c'est la leçon des deux dernières années", commente Brian Klaas, de la London School of Economics. "Les électeurs n'aiment pas qu'on prenne leur vote pour acquis ".

Et a situation est d'autant plus brouillée que Le Brexit a été paradoxalement éclipsé durant la campagne par les questions de la protection sociale et de la sécurité, dans ce pays frappé par trois attentats en moins de trois mois.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL