Abstention historique, de 355 à 360 sièges pour LREM-MoDem — Législatives françaises

Vanessa Beaulieu
Juin 20, 2017

"Seule l'abstention record vient ternir une victoire qu'aucun commentateur n'a anticipée en début de campagne", analyse Libération. Un scénario auquel personne ne croyait vraiment il y a encore quelques semaines.

En Marche! a remporté 300 sièges de députés et le MoDem 41. Ce score reste cependant nettement en deçà de la barre des 400 évoqué à l'issue du premier tour, le 11 juin.

Un "tsunami" Macron, certes moins écrasant que prévu, a déferlé sur la France lors des législatives, selon la presse de lundi, qui rappelle toutefois qu'en s'abstenant massivement, les électeurs ont refusé toute "carte blanche" au président. Ils sont en effet plus de 56 % à avoir boudé les urnes.

"Nous obtenons une majorité nette mais en même temps les Français n'ont pas voulu signer de chèque en blanc", a commenté le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner.

A droite, Les Républicains (LR) obtiennent 113 sièges (22,23% des suffrages exprimés au second tour), l'UDI 18 (3,04%) et les divers droite 6. D'un côté, la droite résiste et devrait remporter environ 130 sièges. Son chef de file François Baroin a salué un groupe "suffisamment important pour faire valoir les convictions" de la droite. Son lieutenant Alexis Corbière et le journaliste François Ruffin entreront également à l'Assemblée.

Le Parti socialiste, les radicaux de gauche et divers gauche totalisent 47 sièges (29 pour le PS). Une "déroute incontestable ", a admis son premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, qui a annoncé son retrait de la direction du parti. Au centre-droit, l'UDI devrait passer le cap des 15 députés nécessaires pour former un groupe parlementaire.

Défaite par Emmanuel Macron, la cheffe du Front national Marine Le Pen est donnée favorite dans son fief nordiste d'Hénin-Beaumont, mais elle pourrait se retrouver quasiment la seule élue d'extrême droite. Le numéro 2 de son parti, Florian Philippot, est en revanche battu.

Nathalie Kosciusko-Morizet confrontée à son agresseur, qui nie les faits
Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour " violences volontaires ", confiée au 3e district de police judiciaire de Paris. Considérée comme "Macron-compatible", Nathalie Kosciusko-Morizet espérait ne pas avoir à affronter un candidat macroniste.

Salon du Bourget : L'éternelle rivalité entre Airbus et Boeing
L'avionneur européen s'est grâce à lui taillé une part de 60% du marché sur le segment des moyen-courriers re-motorisés. Le dernier né de la famille A350, le A350-1000 a effectué des figures impressionnantes.

Nathalie Kosciusko-Morizet souffre d'un traumatisme crânien — Législatives
Elle souffre notamment d'un traumatisme crânien , causé par sa chute après son altercation avec un passant énervé. Les enquêteurs ont entendu le récit de Nathalie Kosciusko-Morizet et du suspect lors d'une confrontation samedi.

Le FN tire lui aussi son épingle du jeu et pourrait avoir près d'une dizaine de députés dans l'hémicycle, contre seulement deux en 2012.

Au total, 223 femmes ont été élues députées dans la nouvelle Assemblée nationale, soit un record, selon des chiffres définitifs. A noter l'élection d'un étudiant et d'un ouvrier à l'assemblée, deux catégories qui n'étaient pas représentées durant la précédente législature. La décision du mouvement d'Emmanuel Macron, La République en Marche (REM), d'investir un grand nombre de candidats issus de la "société civile" et la nouvelle loi sur le non-cumul des mandats, ont largement contribué à ce renouvellement inédit des députés. Stupéfiante OPA politique au nez et à la barbe des partis traditionnels, impuissants à endiguer la vague Macron. Enfin, le Front national progresse, avec huit députés. "Moi je n'y crois pas".

"Notre peuple est entré dans une forme de grève générale civique", a commenté le tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, lui-même élu à Marseille dimanche.

La période qui s'ouvre, malgré la majorité absolue de LREM à l'Assemblée nationale, comporte un certain nombre d'inconnus.

Tradition républicaine oblige: un ministre candidat à une élection locale qui n'a pas réussi à se faire élire doit quitter le gouvernement.

La majorité octroyée à LRM aura une mission: "agir pour la France", a annoncé dimanche soir le Premier ministre Edouard Philippe, estimant que par leur vote les Français ont, dans leur grande majorité, préféré "l'espoir à la colère, l'optimisme au pessimisme, la confiance au repli".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL