Soupçons de financement libyen: L'appartement et la résidence secondaire de Guéant confisqués

Vanessa Beaulieu
Juin 20, 2017

"Les biens immobiliers de Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur mis en examen en 2015 pour " blanchiment de fraude fiscale en bande organisée " et " usage de faux", ont été confisqués. Concrètement, il peut continuer à les occuper mais n'est pas autorisé à les vendre.

C'est une nouvelle étape dans l'affaire des soupçons de financement par la Libye pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy de 2007. Le 12 juin dernier, les juges d'instruction Serge Tournaire et René Grouman ont pris une ordonnance de confiscation à l'encontre de l'appartement parisien et de la résidence secondaire de l'ancien secrétaire général de l'Elysée.

Claude Guéant doit répondre devant la justice d'un virement de 500 000 euros datant de mars 20008, en provenance de Malaisie, retrouvé sur ses relevés bancaires lors d'une perquisition.

Météo - Une semaine sous le soleil avec de fortes chaleurs
Vendredi , il fera moins chaud mais le thermomètre affichera tout de même de 23 à 28°. Mardi , le temps restera ensoleillé et très chaud, avec des voiles d'altitude.

Londres: le maire parle "d'attaque terroriste"
La police a coupé la circulation autour des lieux de l'attaque et dressé un cordon de sécurité. L'attaque intervient dans un contexte de redoublement des actes racistes.

France: l'Assemblée s'offre un nouveau visage, rajeuni, renouvelé, fémininisé
L'Assemblée perd plus de cinq ans de moyenne d'âge en passant de 54 ans en 2012 à 48 ans en 2017. Le nombre de retraités a fondu de plus de moitié, de 106 à 41 élus.

Tout comme la résidence secondaire de l'ancien ministre de l'Intérieur dans le Maine-et-Loire, souligne le Parisien.

Claude Guéant avait justifié ce virement par la vente à un avocat malaisien de deux tableaux d'un peintre flamand du XVIIe, Andries van Eertvelt. La justice veut déterminer s'il s'agit d'une vente fictive destinée à permettre l'achat d'un appartement de 90 mètres carrés dans le XVIe arrondissement pour 712.500 euros. "Certains pourraient légitimement considérer que ces mesures constituent, en réalité, une forme désespérée de pression et de sanction en dehors de tout jugement dans un dossier qui patine complètement', a-t-il également dénoncé". Le quotidien explique que cette résidence a été perquisitionnée une semaine avant la prise de l'ordonnance par les policiers de l'Office anti-corruption.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL