Huit vaccins supplémentaires obligatoires en France à partir de 2018

Henri Michaux
Juillet 6, 2017

"Mon objectif est que la génération qui naît aujourd'hui soit la première génération sans tabac ", écrit Agnès Buzyn. "La lutte contre le tabagisme, qui constitue la première cause évitable de mortalité, sera intensifiée à la fois en augmentant rapidement et fortement, dès 2018, le prix du tabac et en finançant des actions de prévention, de sevrage et de recherche appliquée ", a relayé France Info. Cette harmonisation permettrait d'éviter que les consommateurs vivant non loin des frontières aillent chercher leur paquet à moitié prix de l'autre côté de la frontière. Les vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite le resteront.

Ces dispositions devraient entrer en vigueur début 2018. Tous seront pris en charge à 100% par la Sécurité sociale.

L'extension à 11 vaccins obligatoires représente 10 injections pour les enfants, étalées sur 2 ans. Au moins 70 % des enfants reçoivent déjà ces 10 injections et 80 % d'entre eux au moins 8 injections.

La couverture vaccinale des enfants a en effet tendance à baisser en France au cours de ces dernières années, car, comme l'explique la ministre de la Santé à France Info, "on a de plus en plus de parents mais aussi de professionnels de santé qui sont réticents vis-à-vis de la vaccination".

La lettre de rupture de Tupac à Madonna
La même année, la reine de la pop , Madonna , continue sur sa lancée musicale et vit le succès de la sortie de son album Don't Cry For Me Argentina .

"Une centaine" de personnes fichées S et radicalisées détiennent une arme
L'annonce de Gérard Collomb , ce mercredi, devant la commission des lois du Sénat, fait froid dans le dos. Adam Djaziri, le terroriste, détenait légalement une arme malgré son fichage pour radicalisation.

Serge Aurier critiqué par ses coéquipiers en sélection
Sur le terrain et sans le vouloir, il a tendance à s'emporter le plus souvent. Il veut tellement bien faire qu'il hausse le ton.

La ministre de la santé a aussi d'autres priorités pour le quinquennat. Le but d'une telle mesure est de lutter contre le retour de maladies disparues telle que la rougeole, responsable de la mort de 10 enfant depuis 2008. Enfin, sur la question d'un aménagement de la loi, Agnès Buzyn précise que "les décisions qui s'imposent seront prises en septembre ou en octobre". Il s'agit de restaurer la confiance. La députée européenne Michèle Rivasi a indiqué qu'il fallait " convaincre plutôt que contraindre " pour restaurer la confiance, et notamment de ceux qui doutent de l'innocuité des vaccins. La différence vaccin recommandé/obligatoire n'a pas de fondement scientifique, "les deux sont tout aussi importants" a rappelé la ministre. "Les bénéfices sont largement supérieurs aux risques ". Comment expliquer une telle défiance?

Pour cela elle dit " compter sur les médecins et sur la presse pour faire de la pédagogie " et mettra en place des mesures d'accompagnement.

En France, la politique vaccinale amorce un virage majeur.

Le prix du paquet de cigarettes va grimper en flèche.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL