Alimentation : une étude passe les habitudes des Français à la loupe

Henri Michaux
Juillet 13, 2017

Trop de produits transformés, une augmentation des compléments alimentaires, encore trop de sel et pas assez de fibres: l'assiette des Français a évolué depuis ces dernières années, et pas forcément en bien si l'on en croit l'étude INCA 3 de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation.

Paris, le mercredi 12 juillet 2017 - La Direction générale de la Santé s'est engagée dans un processus de refonte des recommandations nutritionnelles à adresser aux Français. Ce travail apparaît plus que nécessaire quand on constate qu'aujourd'hui les préconisations ne sont plus guère suivies.

Dems: Why did DOJ dismiss fraud case connected to Russian lawyer?
Veselnitskaya told one Russian news outlet that the penalty was so light "it seemed almost an apology from the government". Two months after that, the $230 million fraud case was settled for less than $6 million.

Un test encourageant — Hyperloop
Le projet Hyperloop, rêvé par Elon Musk, continue de faire son petit bonhomme de chemin vers des tests de plus en plus réalistes. L'entreprise californienne vient d'annoncer que le test en question avait été réalisé le 12 mai 2017, dans le désert du Nevada.

Les images étonnantes de la Grande Tache de Jupiter
Il faudra du temps pour que l'équipe de scientifiques analyse les données récoltées par la sonde mais la tache semble se réduire. Depuis sa découverte en 1665 par Cassini, la Grande Tache Rouge de Jupiter fascine chercheurs et les passionnés.

Les Français s'avèrent, enfin, moins prudents sur certains aspects de leur alimentation. Une plongée dans les 2,9 kg d'aliments consommés en moyenne par les Français chaque jour - et 1,6 kg pour les enfants. Cette étude est réalisée tous les sept ans. Ce phénomène paraît toucher toutes les catégories de la population: ainsi si des disparités nettes continuent à exister en fonction des catégories sociales, "la part de très faibles consommateurs augmente dans toutes les catégories " et "la hausse des faibles consommateurs est nettement plus importante chez les plus diplômés " relève le CREDOC.

Elle observe aussi des pratiques "potentiellement à risque" avec une consommation croissante de denrées animales crues (poisson, viande de bœuf.) et des températures relevées dans les réfrigérateurs "pas toujours adaptées" (supérieures à 6 degrés Celsius), des dates limites de consommation plus fréquemment dépassées. Les adultes de 65 à 79 ans consomment plus d'aliments faits maison.et les habitants des grandes agglomérations consomment plus de poissons, confiseries, chocolat et jus de fruits que dans les zones rurales (plus de charcuteries, de légumes et de fromages), les individus ayant un niveau d'étude supérieur ou égal à bac+4 davantage de fruits et deux fois moins de boissons rafraîchissantes sans alcool, etc. 150 questions ont été posées aux participants sur leurs habitudes et modes de vie, 13 600 journées de consommations ont été recueillies, générant des données sur 320 000 aliments consommés.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL