Cybersécurité : Trump renonce à une coopération avec la Russie

Vanessa Beaulieu
Juillet 14, 2017

Ce tweet est sorti quelques heures après que le président a annoncé au monde que Poutine et lui s'étaient entretenus, lors du sommet du G20 à Hambourg, de la possibilité de créer ensemble un service. "Ce n'est pas possible", précise Trump lui-même. Le Président Donald Trump a qualifié de "formidable" sa première rencontre avec l'hôte du Kremlin.

Dimanche 9 juillet, le président américain a dévoilé sur Twitter une partie de ses discussions avec son homologue russe. Dans la nuit de dimanche à lundi, le président américain a fait volte-face sur Twitter: "Le fait que le président Poutine et moi ayons discuté d'une unité de cybersécurité ne signifie pas que je pense que cela peut se faire".

Mais les sénateurs républicains n'ont accordé que peu de foi aux déclarations des deux chefs d'états et ont largement critiqué l'idée d'un partenariat dans un domaine aussi conflictuel que la cybersécurité. "Ce n'est pas l'idée la plus stupide que j'ai entendue mais ça n'en est pas loin", a estimé le sénateur Lindsey Graham sur la chaîne NBC.

Trois Israéliens blessés dans une attaque terroriste à Jérusalem — Israël
Le grand mufti palestinien de Jérusalem , Mohammad Hussein, a appelé les Palestiniens à défier cette interdiction. Ces trois individus ont ensuite pris la fuite en direction de l'esplanade des Mosquées, avant d'y être abattus.

Trump hints US could rejoin Paris climate change agreement
Trump reportedly reached over to touch Macron's arm on several occasions. "We will see", he said. "He's a friend of mine". The Economist observed that "Berlin has neither the appetite nor the means of becoming Europe's principal leader".

Le maire de Los Angeles déterminé à accueillir les JO
Si Los Angeles n'est pas fermée à l'organisation des JO 2028, Paris demeure ferme sur une candidature pour 2024. La stratégie française consiste dès à présent à convaincre Los Angeles d'accepter l'échéance de 2028.

"Bien que la réalité et le pragmatisme exigent que nous nous engagions avec Vladimir Poutine, il ne sera jamais un allié de confiance ou un partenaire constructif".

"En ce qui concerne le Président des États-Unis, nous avons déjà dit qu'il avait des questions qui l'intéressaient de manière claire et directe et reçu des réponses sûres et complètes de la part de Vladimir Poutine". "Mais cela ne signifie pas qu'il ne pourra pas y avoir de coopération entre les deux nations dans ce domaine sous une forme qui leur convienne à toutes les deux", a-t-elle noté.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL