Au Venezuela, participation massive à la consultation anti-Maduro

Vanessa Beaulieu
Juillet 17, 2017

Déclarations d'autant plus importantes que l'Église catholique vénézuélienne, soutenue par le Vatican (on se souvient d'une visite privée hors agenda de Nicolás Maduro au pape François en octobre dernier), a pendant très longtemps ménagé le président vénézuélien, espérant ainsi pouvoir jouer un rôle déterminant entre le pouvoir actuel et son opposition. Le référendum informel organisé par l'opposition contre le président Nicolas Maduro a attiré 6 492 381 votants dans le pays et 693 789 à l'étranger, ont annoncé les recteurs d'universités garants de l'organisation, après le dépouillement de 95% des bulletins. En guise de justification, l'opposition rappelle que seuls 2000 bureaux de vote ont pu être déployés et prône un franc succès.

"Nous avons dépassé les attentes", a assuré un dirigeant de l'opposition, Freddy Guevara, avant l'annonce des chiffres de participation.

" C'est une démonstration indiscutable et historique", a déclaré Henrique Capriles, le leader de l'opposition.

Samedi, cinq anciens présidents latino-américains sont arrivés à Caracas pour assister à la consultation de l'opposition en tant qu'"observateurs internationaux".

Vicente Fox qui avait invité à voter "contre la dictature", a été déclaré "persona non grata" sur ordre de M. Maduro, après son départ dimanche soir du Venezuela. "Et eux, ils veulent juste rester au pouvoir, nous votons pour qu'ils le quittent", a expliqué à l'AFP Tibisay Méndez, 49 ans, dans un bureau de vote du sud-est de Caracas.

Présenté comme un acte de "désobéissance civile", le vote de dimanche, qui se déroule sans l'aval des autorités, a pour but de manifester le rejet par la population de la future Assemblée constituante, selon l'opposition.

Découverte choquante: 27 lentilles dissimulées dans l'œil d'une Britannique
Après des analyses un peu plus poussées, l'équipe médicale a découvert 10 lentilles supplémentaires cachées dans son œil. L'opération de la cataracte , elle, a été sagement repoussée.

Pourquoi Rami en veut à Séville — OM
En gros les dirigeants du club Espagnol sont allés au chantage pour forcer Adil Rami à faire une croix sur cette prime. Avec les entraînements et les tests physiques, ça pèse un peu sur les jambes.

Après Biglia, Sanches — AC Milan
Hier, Karl-Heinz Rummenigge, le président du club allemand, a confirmé les négociations avec ses homologues italiens. Mais les Rossoneri ne veulent pas s'arrêter là et discutent activement avec le Bayern Munich pour Renato Sanches .

Près de 70 % des Vénézuéliens s'opposent à ce projet et 80 % dénoncent la gestion du pays par le gouvernement Maduro, selon l'institut de sondage Datanalisis.

Elle avait pour objectif de mettre en évidence une majorité de refus de la Constituante voulue par le président Maduro, dont l'élection est prévue pour le 30 juillet. La chute des cours du pétrole frappe de plein fouet l'économie, dont 95% des devises proviennent de l'or noir.

Le chef de l'État a appelé ses adversaires à réaliser leur consultation dans un climat de "paix".

Selon ces statistiques ils seraient près de 70.000 mais selon les organisations de Vénézuéliens, ils sont bien plus nombreux, près de 180.000.

Ils étaient 7,18 millions à se rendre aux urnes dimanche 16 juillet.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL