Dix ans de prison pour un américain accusé d'infiltration — Iran

Vanessa Beaulieu
Juillet 17, 2017

Un tribunal iranien a condamné un binational américain à dix ans de prison pour espionnage, a annoncé dimanche un porte-parole de la justice iranienne.

Le doctorant en question se nomme Xiyue Wang et est âgé de 37 ans.

Le porte parole de la justice Gholamhossein Mohseni-Ejeie à souligné lors d'une conférence de presse que ce ressortissant détenait une autre nationalité sans fournir des détails sur cette "mission d'infiltration". Le département d'Etat américain accuse la République islamique de fabriquer de fausses accusations afin de justifier la détention d'Américains et d'autres ressortissants étrangers.

Selon l'agence, il travaillait aussi avec divers centres de recherche, notamment "l'école Kennedy de l'université Harvard", "le Centre d'études sur l'Iran et le Golfe persique de Sharmin et Bijan Mossavar-Rahmani" ou encore "le Centre d'études iraniennes de l'université de Tel-Aviv (.) pour identifier des thèmes en vue d'un renversement en douceur" du régime iranien. Arrêté en juillet 2016 alors qu'il tentait de quitter l'Iran, il "espionnait sous le couvert de faire de la recherche", lit-on sur Mizan.

Serie A: Francesco Totti prend officiellement sa retraite
Le désormais ex-capitaine de l'AS Rome va intégrer l'organigramme de son club de toujours. J'ai besoin de réfléchir, sereinement, au rôle qui me convient le mieux.

14-Juillet. Emmanuel Macron au chevet des pupilles de la Nation
Il avait invité un certain nombre de ces enfants, dont un parent est mort, victime du terrorisme ou en défendant la France. Après son discours, Emmanuel Macron est allé les rejoindre.

Bardet prend la défense de Froome face aux sifflets — Tour de France
Neuf ans plus tard, le Français, toujours troisième du général, peut s'inspirer de ce scénario rocambolesque. Le classement final n'a jamais été aussi indécis à moins d'une semaine de l'arrivée.

"Cet individu était guidé directement par les Américains" dans sa mission, a-t-il ajouté.

"Nous avons été très bouleversés par les accusation portées contre lui en lien avec ses activités universitaires, et par sa condamnation et la peine" de prison, a déclaré l'université de Princeton dans un communiqué.

Princeton assure pour sa part que Xiyue Wang était en Iran pour des recherches sur la dynastie révolue des Kadjars. "Sa famille et l'université ont (.) l'espoir qu'il puisse être libéré après examen de son cas par les cours d'appel de Téhéran".

Dans le cadre de la lutte contre " l'infiltration occidentale", des dizaines d'artistes, de journalistes et d'hommes d'affaires, dont certains disposent aussi de la nationalité américaine, britannique, autrichienne et canadienne et françaises ont été arrêtés ces derniers mois, alors qu'un flot de délégations commerciales sont arrivées dans le pays depuis l'accord nucléaire de juillet 2015.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL