GM&S : PSA n'investira pas cinq millions d'euros, la reprise menacée

Aubin Brasseur
Juillet 17, 2017

Le groupe PSA refuse d'investir cinq millions d'euros pour la modernisation de GM&S, mettant "en péril" la reprise de l'équipementier automobile creusois, a indiqué lundi 17 juillet le ministère de l'Économie dans un communiqué.

Le constructeur automobile PSA a confirmé lundi son refus de participer au financement de la modernisation du site de GM&S, dans la Creuse. "Il manque donc cinq millions d'euros pour faire aboutir la reprise", pouvait-on lire dans le communiqué.

Outre la question du financement de la modernisation du site, Renault et PSA se sont engagés à commander 22 millions d'euros par an au site (12 millions pour PSA et 10 millions pour Renault).

Serie A: Francesco Totti prend officiellement sa retraite
Le désormais ex-capitaine de l'AS Rome va intégrer l'organigramme de son club de toujours. J'ai besoin de réfléchir, sereinement, au rôle qui me convient le mieux.

Tour de France: Mollema fait le show, Quintana fait naufrage
Le coureur de l'équipe Trek est parti tout seul après l'ascension du Col de Peyra Taillade, à quelque 30 km de l'arrivée . Le Colombien Nairo Quintana , déjà à la peine dans la grande étape des Pyrénées jeudi, a été lâché dans Peyra Taillade.

Macron assure Netanyahu de sa "vigilance" concernant l'accord sur le nucléaire — Iran
Il avait déjà exprimé son soutien à la solution des deux Etats et condamné la colonisation israélienne. Après les cérémonies, place à la diplomatie .

"Nous avons confirmé un investissement de 4 millions d'euros dans du matériel" devant servir à fabriquer des pièces automobiles pour le groupe, a déclaré le porte-parole de PSA ce 17 juillet au soir, alors que Bercy a affirmé un peu plus tôt dans un communiqué que le projet de reprise était menacé car PSA refusait d'investir 5 millions d'euros demandés par le repreneur potentiel GMD.

Depuis, "la plupart des progrès attendus ont été obtenus", notamment les précisions demandées à Renault sur le détail de ses engagements de commandes, a noté Bercy.

Le repreneur potentiel stéphanois GMD propose de conserver 120 salariés, un engagement jugé insuffisant par la CGT de GM&S.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL