La Chine censure de ses réseaux sociaux Winnie l'ourson

Vanessa Beaulieu
Juillet 17, 2017

À la place on peut désormais lire " contenu illégal ".

Cette censure se traduit par un message "contenu illégal" dès lors qu'un internaute poste une image, un gif ou écrit le nom "Winnie l'Ourson" sur Weibo, l'équivalent chinois de Twitter ainsi que sur Wechat, une application de messagerie en ligne.

Aucune explication n'a été donnée, explique le Financial Times qui révèle l'information.

Emmanuel Macron Face À La Colère Des Élus — Taxe D'Habitation
Lors de la Conférence des territoires ce lundi, Edouard Philippe a prôné une "réflexion d'ensemble sur la fiscalité locale".

Claire O'Petit: "Emmanuel Macron a eu raison de recadrer l'armée"
Pour rappel, les deux hommes se sont livrer à une passe d'armes par médias interposés ces derniers jours. Depuis 2013, le surcoût des opérations extérieures dépasse 1,1 milliard d'euros.

OM : Rudi Garcia fait le point sur le dossier de l'attaquant
Pour l'heure, si l'OM a fait d'Olivier Giroud sa priorité, seul Carlos Bacca semble disposé à rejoindre le club phocéen. La cellule de recrutement phocéenne a compris le message.

La raison? Winnie l'Ourson ressemblerait un peu trop au président chinois Xi Jinping. Des arrestations qui s'inscrivent dans un contexte politique tendu, alors que la Chine s'apprête à tenir le 19e Congrès national du parti communiste, qui vise à nommer le bureau politique et son comité permanent.

"Auparavant, deux choses étaient interdites: les organisations politiques et les actions politiques". Une comparaison qui a par la suite régulièrement été reprise sur les réseaux sociaux. Le célèbre animal au t-shirt rouge Winnie l'ourson est en train de devenir persona non grata dans l'Empire du Milieu. Les premières comparaisons entre l'ourson rondouillard et le chef de la deuxième puissance économique mondiale ont fait leur apparition en 2013, lorsque des internautes ont superposé une image de Xi Jinping et de l'ancien président américain Barack Obama avec celle de Winnie et de son ami Tigrou, le petit tigre. Cette année, une troisième interdiction s'est ajoutée à la liste: "parler du président", décrypte Qiao Mu, professeur d'analyse médiatique à la Beijing Foreign Studies University dans les colonnes du Financial Times. Un an plus tard, Shinzo Abe le président japonais, était vu comme Bourriquet, l'âne triste, toujours aux côtés de l'ours en peluche. Une image montrant Xi Jinping lors d'une parade et l'ourson dans une voiture, a par ailleurs été désignée " image la plus censurée de 2015 " par les observateurs de l'agence Global Risk Insights, souligne Franceinfo.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL