François Baroin a raison de défendre la taxe d'habitation

Vanessa Beaulieu
Juillet 18, 2017

Pour rappel, la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des contribuables devrait connaître une première étape dès 2018.

Pendant la campagne électorale des législatives, le chef de file des Républicains (LR) François Baroin fut vivement critiqué pour avoir osé poser - certes un peu tard - les bonnes questions concernant la promesse-phare du nouveau président de la République Emmanuel Macron de supprimer la taxe d'habitation pour 80% des ménages. "Un impôt local, ça finance des services publics locaux, des infrastructures locales, etc. Bref, cela permet de créer une politique de proximité", a-t-il déclaré.

Heureusement, en sa qualité de président de l'Association des Maires de France, François Baroin persiste dans son interrogation afin de défendre vigoureusement la taxe d'habitation qui demeure la plus importante ressource budgétaire des communes. Et d'asséner: "L'Etat promet des dotations pour compenser cette perte de revenus, mais je rappelle que c'est une obligation constitutionnelle".

'Call Of Duty: WWII' Zombies Trailer Leaks, Pisses Off Sledgehammer Games
Thanks for the tip, Leon! If you wish to see the complete unboxing done by MrDalekJD, the re-run of his stream can be found below. The mad scientist warns that "when you hear it- the drums of war" that it is the sound of, "the march of progress".

Mercato - Le PSG pose les barbelés pour Kimpembe
Presnel Kimpembe est bien parti avec le PSG à Miami, mais les prétendants se pressent pour tenter de recruter le jeune défenseur. Son match contre le Barça n'est pas resté dans l'ombre.

Les collectivités devront économiser 13 milliards d'euros, annonce Darmanin
Ce " pacte girondin " de décentralisation viserait à réduire à deux, contre trois actuellement ces échelons (communes, intercommunalités/métropoles/département).

En "l'état actuel des propositions, qui sont les engagements du candidat Macron", "le risque constitutionnel existe, les avantages sont assez limités et les inconvénients, immenses", a estimé le président de l'AMF.

" Nous nous sommes déjà beaucoup serré la ceinture". "La sincérité est certainement là, mais la capacité à le faire, je n'y crois pas", affirme-t-il. Il évoque l'inquiétude des collectivités locales.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL