En frappant le site chimique de Mesyaf, Israël réaffirme ses lignes rouges

Vanessa Beaulieu
Septembre 9, 2017

L'armée syrienne avait menacé Israël de sérieuses répercussions après des frappes aériennes sur un centre de développement d'armes chimiques à l'est de Hama, dans la nuit de mercredi à jeudi, attribuées à Israël, au cours desquelles deux soldats syriens ont trouvé la mort.

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, Israël a mené plusieurs raids aériens sur ce pays dévasté par la guerre, contre les forces gouvernementales et celles du Hezbollah libanais qui combat aux côtés du régime de Damas.

Le 4 avril dernier, la ville rebelle syrienne de Khan Cheikhoun, près d'Idlib, a été la cible d'une attaque chimique à base de gaz sarin, tuant plus de 80 personnes, dont une majorité de femmes et d'enfants. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins 87 personnes, dont 30 enfants, ont perdu la vie dans cette attaque.

Le gouvernement syrien dément toute implication dans cette attaque et prétend qu'il ne possède plus d'armes chimiques depuis un accord de 2013 dans le cadre duquel il avait promis de rendre son arsenal chimique. "Pour l'ancien chef d'état-major israélien de l'armée de l'air, Amos Yadlin, l'Etat hébreu envoie par ces frappes un triple message".

Situation à Khan Cheikhoun
AFP 2017 Omar haj kadourEnquête sur les armes chimiques en Syrie la visite des experts Onu-OIAC indispensable

Enfin, selon M. Yadlin, il est également question de prouver que " les systèmes de défense russes déployés en Syrie n'empêchent pas les opérations israéliennes ". Or, le SSRC a été accusé par les Etats-Unis de développer du gaz sarin.

"Toutes les preuves disponibles permettent de conclure qu'il existe des motifs raisonnables de croire que les forces aériennes ont lancé une bombe dispersant du gaz sarin", écrivent les enquêteurs, soulignant que cela constitue des "crimes de guerre".

Mais, en 2016, deux rapports d'enquêteurs de l'ONU et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) avaient conclu que Damas avait mené trois attaques au chlore en 2014 et 2015 dans le nord de la Syrie.

Les données de 143 millions d'Américains ont été volées — Piratage d'Equifax
En dehors des États-Unis, des consommateurs canadiens et britanniques sont également concernés par le piratage. Une société américaine de crédit, Equifax , a fait l'objet d'un piratage infomatique de sa base de données.

Corée du nord : Beijing prône le dialogue
Les Etats-Unis préparent un nouveau train de sanctions à l'ONU contre la Corée du Nord, qui doit être présenté la semaine prochaine au Conseil de sécurité.

Les États-Unis réclament des sanctions sévères à l'ONU — Corée du Nord
De telles mesures auraient des conséquences pour la Chine qui absorbe environ 90% des exportations nord-coréennes. L'UE a déjà en place un large arsenal de sanctions, à la fois onusiennes et autonomes, contre la Corée du Nord.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL