Un robot chef d'orchestre suisse a dirigé son 1er concert en Italie

Aubin Brasseur
Septembre 14, 2017

Ils savent vraiment bien imiter l'être humain.

Les deux bras mécaniques de YuMi ont imité la gestuelle du chef habituel de l'orchestre philharmonique, Andrea Colombini.

La voix du ténor italien Andrea Bocelli s'élève jusqu'à la coupole du théâtre toscan de Pise, mais tous les regards sont tournés vers le chef d'orchestre à ses côtés: un robot qui semble avoir un penchant pour Verdi.

Une solution enfin trouvée dans le dossier Hatem Ben Arfa — PSG
Une menace que le clan Ben Arfa ne mettra pas en exécution puisque tout semble rentré dans l'ordre pour l'ancien attaquant de l'OGC Nice .

Le Tour d'Italie 2018 de cyclisme partira d'Israël
Le tour d'Italie se tiendra sous le thème la " coexistence et la paix " et la course s'achèvera au Vatican. Ce sera la première fois de l'histoire que le départ d'un grand Tour sera donné hors d'Europe.

Une adolescente poignardée à l'aine à la sortie du lycée — Meaux
L'arme a été retrouvée sur l'agresseuse présumée, qui était elle-même couverte de nombreux hématomes aux mains et au visage. L'ado qui a agressé un autre n'a pas cherché à s'enfuir, elle a été placée en garde à vue au commissariat de Meaux .

Pour apprendre à manier la baguette il a fallu 17 heures à YuMi afin de mimer six minutes de direction musicale. En 2008, le robot japonais Asimo, développé par Honda, avait dirigé l'orchestre symphonique de Detroit. Pour s'améliorer, il a pu compter sur l'aide du chef Andrea Colombini. "Mais il ne peut en aucun cas remplacer la sensibilité et l'émotion d'un chef d'orchestre car un robot n'a pas d'âme".

Pour Ulrich Spiesshofer, CEO du Groupe ABB: "Cette soirée est un moment historique pour la robotique et pour le futur de ses applications". C'est juste un bras, il n'a pas de cerveau, pas de cœur. La performance de YuMi® est un formidable exemple d'une collaboration réussie entre humain et robot. Les observateurs les plus pointus ont noté la fluidité extrême de ses mouvements et le chef Andrea Colombini s'est montré particulièrement enthousiaste: "Tout était parfait, spécialement dans l'amplitude et la vitesse des mouvements, ce qui est très important". "Il n'y a que peu de place à l'improvisation, il faut faire avec le robot", a remarqué le violoniste Brad Repp, qui a pris part au concert.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL