Caroline, première greffée des bras : "C'est une grande prouesse"

Vanessa Beaulieu
Septembre 19, 2017

Caroline, 37 ans, a eu ses deux bras coupés par un train à Chambéry le 14 août dernier. J'ai alors appelé à l'aide. "En voyant mes bras sectionnés, je me suis dit que j'avais fait une grosse bêtise".

Caroline est restée consciente puis elle a été opérée. En conférence de presse après l'opération, l'équipe médicale du service de chirurgie de la main du centre hospitalier universitaire Grenoble Alpes (CHUGA) estimait toutefois que son âge peut favoriser une "récupération neurologique correcte" mais Caroline ne pourra pas retrouver une complète mobilité de ses mains, "du fait des lésions nerveuses". Ses bras ont été réimplantés avec succès. C'est une grande prouesse. "Je remercie aussi le premier témoin, les cheminots, les pompiers, le Samu, qui sont arrivés très vite pour me porter secours". "Jusqu'au barman qui a fourni la glace".

Alors que les portes du train qu'elle devait prendre sont déjà refermées, la Savoyarde décide de sauter sur la marche et de s'agripper à la porte jusqu'à la prochaine station. "Je n'arrive pas du tout à les bouger".

Le camp de Grande-Synthe en cours d'évacuation — Migrants
Ces migrants seront dirigés, tout au long de cette journée, dans des Centres d'accueil d'orientation , écrit La Voix du Nord . Environ 200 CRS et policiers sont mobilisés pour cette évacuation, a précisé une source policière à l'AFP.

Samsung hits 850000 Galaxy Note 8 preorders in Korea in 1 week
Of course, fans of the novelties awaiting the latest version of the Android operating system under number 8.1. As Samsung reveals its new S8 deal many stores have just released prices for the new iPhone 8.

Togo : les évêques expriment leurs préoccupations
L'Eglise a-t-elle pour mission de s'immiscer dans le débat politique, a fortiori en période de crise. La déclaration est issue des séances de prière organisées dimanche dans tous les diocèses du pays.

La jeune femme est extrêmement reconnaissante envers les secours et les médecins qui l'ont pris en charge. "Quand on (les) touche, j'ai juste quelques sensations". Le temps de voir repousser les nerfs.

Aujourd'hui, la jeune femme va devoir suivre une longue, deux ans, rééducation mais elle garde espoir: "J'aimerais pouvoir m'occuper à nouveau de mon potager, reprendre le tricot et rejouer du piano, ce serait magnifique (...) avec ma volonté et l'aide des médecins, j'ai envie d'y croire".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL