Le préfet de l'Hérault dénonce les nouvelles affiches du maire de Béziers

Vanessa Beaulieu
Septembre 19, 2017

Un visuel imaginé en mairie de Béziers pour dénoncer les annonces gouvernementales concernant la baisse des dotations aux collectivités locales ou à la forte diminution des emplois aidés.

Robert Ménard est habitué des campagnes provocatrices. Elle exalte la violence et la haine, a t-il écrit. Par son graphisme, elle rappelle les propagandes d'un autre temps qui ont fini dans les poubelles de l'Histoire.

Déjà épinglé à de nombreuses reprises pour ses initiatives controversées, le maire de Béziers revient au premier plan de l'actualité pour une campagne d'affichage très explicite et jugée "scandaleuse" par la préfecture.

Une affiche "scandaleuse" pour le préfet de l'Hérault Pierre Pouëssel qui a réagi lundi 18 septembre, a rapporté France Bleu Hérault. En octobre 2016 encore, la ville avait placarder des affiches anti-migrants portant le slogan: "Ca y est, ils arrivent". En bref, elle contient tous les ingrédients d'un populisme de caniveau que le maire de Béziers cultive sans vergogne. Mais c'est plutôt le dessin qui l'accompagne qui fait polémique. "Les migrants dans notre centre-ville ". Dessus, on y voit un homme en costume cravate en train d'étrangler une femme blonde, à l'agonie.

Alexandre Allard: l'enfance et la petite enfance
La société a fusionné avec Babyloan pour devenir la plus grande communauté dans le domaine du financement participatif en France. Alexandre Allard veut alors faire de cet endroit, un espace de rencontre et de découverte pour les artistes contemporains.

Nicolas Sarkozy a-t-il menti à son sujet — Brigitte Macron
Parmi les hôtes se trouvait l'ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy , visiblement en très bons termes avec les actuels locataires de l'Élysée.

L'Espagne ordonne à l'ambassadeur de Corée du Nord de partir
L'été a vu Pyongyang procéder à son sixième essai nucléaire et à plusieurs tirs de missiles intercontinentaux. Un parlementaire américain a demandé lundi que la Corée du Nord soit exclue de l'ONU.

"Affiche populiste? Oui je m'occupe du peuple".

Mais ce n'est pas tout.

Et quand le représentant de l'État l'accuse de populisme, le maire de Béziers se défend: "Oui, je m'occupe du peuple". Jusqu'à quand l'Etat laissera t-il passer de telles revendications?

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL