Audrey Azoulay élue directrice générale de l'Unesco

Vanessa Beaulieu
Octobre 13, 2017

La Française Audrey Azoulay a été portée ce vendredi 13 octobre à la tête de l'Unesco.

L'ancienne ministre française de la Culture, Audrey Azoulay, sera opposée ce vendredi soir à l'ancien ministre de la Culture du Qatar et ancien ambassadeur du Qatar en France, Hamad ben Abdelaziz al Kaouari, pour prendre la tête de l'Unesco, institution affaiblie au lendemain du départ surprise des États-Unis et d'Israël.

Cela s'est joué à deux voix. Lors d'un vote intermédiaire pour départager les deux candidates, l'ancienne ministre française de la Culture a obtenu 31 voix face à la diplomate égyptienne et ex-ministre de la Famille et de la population (25 voix). Mais pourtant, sa candidature, remise in-extremis avant la date butoir du 15 mars dernier, aurait été poussée par François Hollande, alors président de la République française.

Son amitié secrète avec Jean Rochefort — Mylène Farmer
Elle revient par la suite sur sa rencontre avec Jean Rochefort qui a visiblement été un bouleversement dans sa vie. Respirer votre rire est un médicament , se taire et vous écouter un voyage, entendre vos silences un pèlerinage.

37 morts, 40 disparus dans des inondations et glissements de terrain — Vietnam
L'an passé, 248 personnes ont été tuées dans des catastrophes naturelles, selon les derniers chiffres des autorités. Des centaines de militaires participaient jeudi aux opérations de sauvetage.

Samsung Electronics : démission du PDG et bénéfice trimestriel record
Le vice-président a fait part de son souhait de voir sa démission fournir à Samsung l'opportunité de prendre un nouvel élan. Pour rappel, le PDG de l'empire Samsung, Lee Jae-yong, mieux connu en Occident sous l'appellation Jay Y.

Outre Mme Azoulay et M. Al-Kawari, cinq autres candidats étaient en lice pour le poste de directeur général de l'UNESCO, à savoir Polad Bulbuloglu (Azerbaïdjan), Pham Sanh Chau (Viet Nam), Moushira Khattab (Egypte), Qian Tang (Chine) et Vera El-Khoury lacoeuilhe (Liban).

Les 58 pays membres du Conseil exécutif ne sont parvenus à désigner qu'un seul des deux finalistes, le Qatari Hamad bin Abdoulaziz Al-Kawari, qui a reçu 22 voix alors qu'une majorité de 30 était requise pour clore le processus. Ministre de la Culture, titulaire à des postes à haute responsabilité dans les médias et le cinéma pendant 14 ans, en passant par ses multiples diplômes (Sciences Po, ENA, Université Paris-Dauphine.), son profil semble idéal.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL