Pourquoi il pose problème à l'Assemblée nationale — Drapeau européen

Vanessa Beaulieu
Octobre 13, 2017

"Je voulais vous dire que, lors du prochain Conseil européen (...) j'affirmerai officiellement que la France reconnaît le statut de L'Hymne européen et du drapeau européen", c'est ce qu'a annoncé Emmanuel Macron, mardi, en marge d'un échange avec Daniel Cohn-Bendit et Gilles Keppel à Francfort, comme l'a relevé Le Figaro.

Début octobre, le groupe LFI a même demandé le retrait de l'étendard européen installé derrière le pupitre du président de la chambre basse du parlement, invoquant "une difficulté à mettre un drapeau qui ne fait pas consensus". Ils devaient défendre à nouveau leur proposition lors de l'examen du projet de réforme du règlement de l'Assemblée. Un peu plus tôt, Jean-Luc Mélenchon avait dénoncé un "emblème européen confessionnel".

Il a enfin rappelé que le jour de son élection il avait fait jouer, juste avant son premier discours, l'Hymne à la Joie de Beethoven, qui est l'hymne européen.

Surprise: Vasilyev ouvre la porte à un départ de Lemar l'été prochain
Nous avons des joueurs qui étaient censés partir cet été mais qui ne sont pas partis pour différentes raisons. Certes, l'AS Monaco a perdu Kylian Mbappé , Tiémoué Bakayoko, Bernardo Silva et Benjamin Mendy cet été.

Omar Sy tacle Eric Zemmour qui l'avait traité de "guignol"
Relance qui fait immédiatement réagir l'acteur: "Il ne faut plus qu'il soit invité car c'est un criminel". Mais Omar Sy s'en est également pris aux journalistes qui font selon lui le jeu d'Eric Zemmour .

Thor 3 est le début d'une trilogie Hulk selon Mark Ruffalo
Ruffalo, qui avait filmé la réaction du public dans la salle avant la projection, avait simplement oublié d'éteindre son téléphone quand il l'a remis dans sa poche!

"Le bureau de l'Assemblée nationale a considéré que cet hémicycle est le lieu emblématique de nos débats nationaux et de l'élaboration de la loi nationale, en fonction de quoi, nous n'avons mis que le drapeau français", avait justifié M. Debré. S'en est suivi l'amendement débattu et rejeté hier, confirmant un précédent rejet "la semaine dernière en commission" [L'Obs]. "Il n'est pas le sien et la France a voté contre son adoption sans ambiguïté", s'est offusqué le député de Marseille dans un communiqué, faisant référence au rejet de la Constitution européenne de 2005. En effet, la France n'a pas ratifié l'article 52 des déclarations annexées au traité de Lisbonne de 2007, à l'inverse de 16 autres pays de l'Union européenne.

Cette déclaration annexe au traité, citée par Le Soir (Belgique), dispose que "le drapeau représentant un cercle de douze étoiles d'or sur fond bleu, l'hymne (...), la devise 'Unie dans la diversité', l'euro (...) et la Journée de l'Europe le 9 mai continueront d'être les symboles de l'appartenance commune des citoyens à l'UE et de leur lien avec celle-ci". Toujours selon l'hebdomadaire, cette origine est contestée par deux fonctionnaires européens, Paul Levy et Robert Bichet, qui évoquent "un processus long de six ans (...) [avec] plus de 100 propositions [qui] auraient, au total, été formulées".

Informé de cette affaire, Emmanuel Macron a décidé d'agir.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL