"Piscines en carton": Greenpeace critique la sécurité des centrales nucléaires

Aubin Brasseur
Octobre 14, 2017

Manifestation d'écologistes devant la centrale nucléaire de Fessenheim en mars 2017. Les militants sont en effet entrés en action tôt ce jeudi matin, se sont introduit à l'intérieur du périmètre de la centrale mosellane, et ont déclenché un feu d'artifice à proximité de la piscine d'entreposage de combustible nucléaire usé. C'est le tweet qui a été posté sur le compte Twitter d'EDF dans la matinée du 12 octobre, pour informer de la présence de membres de l'ONG écologiste Greenpeace sur la centrale de Cattenom en Lorraine, à une trentaine de kilomètres de la frontière avec le Luxembourg. Pas d'accès à la zone nucléaire.

Deux jours après la publication d'un rapport, les activistes de Greenpeace souhaitent alerter l'opinion publique sur les failles sécuritaires des centrales nucléaires françaises. Il s'agissait d'attirer l'attention sur la "fragilité" des bâtiments avec piscine "qui ne sont pas protégés, contrairement aux bâtiments réacteurs".

Une attaque conduisant à la perte d'eau de refroidissement pourrait causer un incendie du combustible usagé qui pourrait contaminer une zone pouvant faire jusqu'à 250 km de superficie, d'après ce que Yannick Rousselet de Greenpeace a déclaré. De son côté, EDF a réagi sur les réseaux sociaux en expliquant que les militants de Greenpeace avaient été stoppés par les gendarmes.

En début de semaine, l'ONG publiait un rapport selon lequel les piscines de combustible constituent le talon d'Achille des centrales nucléaires.

Tianjin : Maria Sharapova en demi-finale
La Chinoise a écrasé l'Espagnole Sara Sorribes (94e) 6-0 et 6-1. " Ça fait longtemps que je l'ai affrontée, et je sais que ce sera un match difficile, a ajouté la joueuse russe".

La justice critique la coopération "minimale" de BeIN Sports
L'épouse de Jérôme Valcke , qui l'accompagnait en Suisse, "a également été entendue par les enquêteurs mais à Lausanne". Une enquête était ouverte depuis le 20 mars dernier.

Le PCF demande la démission d'un adjoint après des propos sexistes — Montauban
Cette blague sexiste a été publiée par Philippe Fasan , adjoint LR à la mairie de Montauban, sur son propre compte Facebook. Pour eux, il s'agit d'une "véritable diatribe où se mêlent sexisme, misogynie et propos rétrogrades et dégradants ".

Ils pointent du doigt le fait que ces piscines, pouvant contenir plus de combustibles que les cœurs des réacteurs, ne sont pas protégées comme ces derniers par des enceintes de confinement renforcées.

Les conséquences d'une attaque frappant une piscine seraient " potentiellement supérieures à celle d'un accident majeur survenant sur un réacteur ", a-t-il averti.

Les personnes s'étant introduites ont été arrêtées, selon Roger Spautz.

EDF avait immédiatement rejeté ces accusations, assurant que les centrales françaises étaient "sûres, bien surveillées et très bien protégées".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL