De nouvelles sanctions européennes contre la Corée du Nord

Vanessa Beaulieu
Octobre 16, 2017

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont adopté lundi 16 octobre de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, en réponse à son essai d'une bombe nucléaire début septembre. Les Européens souhaitent envoyer un message de "grande fermeté (.) pour ramener la Corée du Nord à la table des négociations", a souligné le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.

Le Conseil a également ajouté trois personnes et six entités fournissant un appui aux programmes illicites sur les listes des personnes et entités faisant l'objet d'un gel des avoirs et de restrictions des déplacements, ce qui porte à 41 le nombre de personnes et à 10 le nombre d'entités faisant l'objet des mesures restrictives prises par l'UE de manière autonome contre la RPDC. "L'armée populaire coréenne comprend les forces balistiques stratégiques, qui contrôlent les unités de missiles stratégiques nucléaires et conventionnels" de la Corée du Nord, affirme l'UE dans sa décision.

Découverte d'une importante cache d'explosifs à Khouribga — Maroc-Terrorisme
Dans leur appartement, des munitions, des bonbonnes de gaz, des bombes lacrymogènes et des produits chimiques suspects ont été retrouvés.

Philippe Manoeuvre lève le voile sur les "embrouilles" — Nouvelle Star
A quelques jours du retour de " Nouvelle Star " sur M6, l'ancien membre du jury Philippe Manoeuvre n'a pas été tendre avec l'émission.

Prison de Meaux : les surveillants accusés de viol par un détenu ont été placés en garde à vue
Il estime qu'un viol avec une matraque ou un objet similaire, comme l'affirme le détenu, est " complètement impossible ". La victime accuse les surveillants de l'avoir violé avec une matraque .

La Russie a suspendu sa coopération scientifique et technique avec la Corée du Nord en réaction à la poursuite par cette dernière de ses programmes balistique et nucléaire. Celles-ci ont déjà été transposées par l'UE dans sa législation. Parmi ces pays que l'UE compte mettre sous "pression" figurent la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam, mais aussi la République démocratique du Congo, l'Erythrée, l'Angola ou encore les Iles Fidji, selon une source européenne.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL