Sara Sampaio "harcelée et maltraitée" pour poser nue dans Lui

Marcel Micheaux
Octobre 20, 2017

C'est le cas de la mannequin portugaise Sara Sampaio qui a lâché une énorme news à propos du magazine français LUI. Dans un message posté sur son compte Instagram, le mannequin portugais Sarah Sampaio s'emporte contre le magazine masculin "Lui", pour lequel elle pose en couverture du numéro sorti début octobre.

"J'avais accepté de faire la couverture du numéro d'automne 2017 de Lui à la condition qu'il n'y ait pas de nudité".

Orionides : où et à quelle heure observer les étoiles filantes ?
Regardez vers le sud-ouest et repérez la constellation d'Orion, dont les quatre points ont la forme d'un sablier. En guise de noeud (ou de goulot): trois étoiles alignées en oblique surnommées les "rois mages".

Jean Fortier renonce et appuie Valérie Plante — Mairie de Montréal
Les deux principaux candidats à la mairie de Montréal s'affrontent ce soir dans ce qui sera l'unique débat en français de la campagne électorale.

Otage, il ne croit pas ses ravisseurs sur la présidence de Trump
Quand il leur demandait de quoi s'occuper, ses ravisseurs lui ramenaient une pile d'assiettes sales à nettoyer. Pour toute distraction, Joshua Boyle raconte qu'ils ne disposaient que d'une craie pour écrire sur un tableau.

Même avec la clause de 'non-nudité' de mon accord avec Lui, on m'a agressivement pressée de prendre des photos nues lors du shooting, me demandant pourquoi je ne souhaitais pas montrer mes mamelons ou poser entièrement nue. Dernière en date à s'exprimer: Sara Sampaio. Tout au long de la journée, j'ai dû constamment me défendre et réimposer mes limites sur le fait que je ne voulais pas de photo dénudées, tout en essayant de me couvrir du mieux que je pouvais. En revoyant les images prises, j'ai remarqué que des parties de mon corps que je ne voulais pas exposer, l'étaient. "Ce n'est pas parce que j'ai posée nue par le passé que cela donne le droit à n'importe qui de penser que je le ferai n'importe quand". Je l'ai signalé et on m'a assuré que ces photos ne seraient pas utilisées. Je veux que chaque mannequin et chaque femme sache qu'elles ont le droit de faire leurs propres choix à propos de leur corps ou de leur image. Ce qu'ils m'ont fait est inacceptable. Je me sens violée, maltraitée et pas respectée en tant que professionnelle et femme. Mon agence et moi avons insisté sur l'accord en vigueur pour me protéger et avoir le contrôle sur mon désir de ne pas être photographiée nue. "Le magazine a menti et a mis en couverture des clichés de moi impliquant de la nudité, ce qui était une violation claire de notre contrat", dénonce la mannequin. "Malheureusement, ce n'est pas un incident isolé et je ne suis pas seule", a conclu la jeune femme qui espère qu'avec son témoignage " le harcèlement et les abus, qui sont systématiques dans l'industrie de la mode, seront dévoilés au grand jour ".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL