Un décès sur six lié à la pollution en 2015

Henri Michaux
Octobre 20, 2017

Fléau pour l'humanité, menace pour l'avenir, la pollution serait responsable d'un décès sur six dans le monde.

La revue britannique a fait appel à une quarantaine de chercheurs spécialisés, mais aussi à des organismes internationaux et des ONG pour établir ce rapport alarmant: "On estime que les maladies causées par la pollution ont été responsables de 9 millions de morts prématurées en 2015, soit 16% de l'ensemble des décès dans le monde", peut-on lire. La pollution de l'eau serait quant à elle liée à 1,8 million de morts dues notamment à la contamination des sources ou au mauvais assainissement.

Parmi les maux engendrés par toutes les formes de pollution, le rapport cite de nombreuses maladies non transmissibles comme les AVC, le cancer du poumon ou de multiples maladies des bronches mais aussi des maladies gastro-intestinales et des infections liées à des parasites lorsque l'origine est liée à la pollution de l'eau.

Et cette évaluation est "probablement sous-estimée", ajoute The Lancet, compte tenu "des nombreux polluants chimiques émergents qui restent encore à identifier".

Jean Rottner nouveau président (LR) de la région Grand Est
Ce chiffre assez important vient notamment des Patriotes et des Socialistes qui ont décidé de ne pas présenter de candidat. A noter que sur les 169 votants, on peut compter 38 votes blancs ou nuls.

Windows 10 inclut désormais un outil anti-triche pour les jeux PC
Et si vous êtes pressé, il sera très vite possible de l'installer via le programme d'assistance de mise à jour de Microsoft . Contrairement aux résultats attendus, le mode jeu de Windows 10 Creators Update a même apporté des baisses de performances.

Les transports en commun perturbés en région — Grève
A Lille , aucun bus ne circulait sur le réseau "urbain" et 17% des salariés Transpole étaient en grève, selon l'entreprise. En revanche, la ligne du métro et les autres lignes de bus circuleront normalement.

La pollution sur le lieu de travail en causerait environ 800.000, via l'exposition à des substances toxiques ou cancérigènes.

Sans surprise, ce sont les populations des pays les plus pauvres et vulnérables qui trinquent le plus. Dans des pays en voie industrialisation rapide, comme l'Inde, le Pakistant, la Chine, Madagascar ou le Kenya, la proportion monte jusqu'à un décès sur quatre.

La pollution de l'air intérieure et extérieure reste la plus meurtrière en étant responsable de 6,5 millions de morts chaque année.

Le rapport insiste aussi sur le poids économique de ces vies écourtées pour les pays concernés: les pertes en terme de bien-être - définies comme les dépenses à engager pour se prémunir du phénomène - sont évaluées à plus de 4.600 milliards de dollars chaque année, soit l'équivalent de 6,2% de la richesse économique mondiale. C'est ce qu'il ressort d'un rapport publié ce vendredi dans la revue The Lancet. Or cette question est encore "négligée tant par les gouvernements que par les organisations pour le développement" pour la revue, qui appelle "à s'attaquer d'urgence à la situation".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL