Vannes : en pleine nuit, une octogénaire forcée de quitter l'hôpital

Henri Michaux
Novembre 10, 2017

Sa mère a été contrainte de quitter l'hôpital Chubert de Vannes en pleine nuit fin octobre, comme le relate Ouest France.

L'histoire peut paraître surréaliste. Cela faisait plusieurs jours qu'elle était prise de vomissements, à la suite de son traitement.

Seule, elle a dû se débrouiller pour rentrer chez elle en taxi, jusqu'à Belz, une commune située quelques kilomètres au sud de Lorient: "À minuit, un médecin est venu la voir en lui disant qu'elle devait partir. Yvonne a alors tenté de joindre sa famille, en vain". Après avoir passé des radios, la femme avait ensuite été installée sur un lit dans une chambre en fin de soirée, rapporte le quotidien. "Elle s'est habillée toute seule et a été mise dehors", raconte alors son fils. L'hôpital lui demande alors si elle a de l'argent pour se payer un taxi.

Bruxelles plus optimiste sur la croissance et le déficit public — France
Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Copyright 2017 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF.

Les lions en pleine confiance — Polokwane
Mais Klopp pourrait bien faire d'une pierre deux coups et assister vendredi au match face aux Bafana Bafana. Le Sénégal est en effet à un pas d'une deuxième qualification à la Coupe du monde.

[Vidéo] Uber poursuit l'offensive dans les taxis volants (avec la Nasa)
Uber démarrera aussi les premiers tests en vol de ses taxis volants, pouvant atteindre les 320 km/h, à Los Angeles en 2020. Les toits des immeubles serviraient de terminaux pour ces aéronefs à décollage et atterrissage vertical.

Deux heures plus tard, Yvonne atteint son domicile, mais l'obscurité va lui poser problème dans l'ouverture de sa porte de garage: "Elle était trop faible pour rentrer chez elle". "En pleine nuit, à 80 ans, ma mère s'est retrouvée devant l'hôpital et à payer 103€ pour rentrer chez elle", regrette François. "Sans force, elle aurait pu passer la nuit dehors sans pouvoir rentrer chez elle ", déplore François Coupez.

Sollicité par nos confrères de Ouest France, l'hôpital de Vannes ne souhaite pas répondre pour le moment: "Cette personne n'a pas, pour le moment, sollicité le service de réclamation des usagers de l'établissement. Par conséquent, nous ne pouvons faire aucun commentaire sur la prise en charge de cette patiente".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL