Nouveau revers pour lirilumab, le titre dévisse — Innate Pharma

Aubin Brasseur
Novembre 23, 2017

Après DBV il y a un mois, Innate Pharma, l'une des biotechs françaises les mieux capitalisées, connait d'importantes secousses en Bourse à Paris.

Les investisseurs sanctionnent lourdement les résultats de phase II décevants sur la combinaison du produit lirilumab avec l'anticancéreux nivolumab de Bristol-Myers Squibb chez des patients atteints d'un cancer épidermoïde de la tête et du cou. "Alors que lirilumab a été bien toléré, l'évaluation de l'efficacité des combinaisons en cours, notamment avec nivolumab (Opdivo, ndlr) dans un grand nombre de patients atteints d'un cancer épidermoïde de la tête et du cou, n'a pas démontré de bénéfice évident pour les patients ni fourni de perspective de développement claire", a indiqué le laboratoire dans un communiqué.

"Avec notre partenaire Bristol-Myers Squibb, nous allons examiner ces données de manière approfondie et évaluer l'intérêt d'explorer d'autres combinaisons.", a déclaré Mondher Mahjoubi, Président du Directoire d'Innate Pharma.

Conformément à ses plans, Innate Pharma poursuit le développement d'un large portefeuille de produits propriétaires et en partenariat, et prévoit de communiquer sur ses avancées lors d'un événement R&D début 2018.

Les stars se mobilisent pour une esclave sexuelle incarcérée
Le sujet a été relancé il y a quelques jours aux Etats-Unis, suite à un documentaire relatant l'histoire de Cyntoia. Cyntoia remarque que l'homme possède énormément d'armes à son domicile ce qui la met très mal à l'aise.

Mal en point, Anthony Kavanagh reporte ses spectacles
Les billets achetés pour ces deux rendez-vous seront valides et honorés tels quels, donc les détenteurs doivent les conserver. Mardi, au cours de la journée, on lui a diagnostiqué une bursite septique, une cellulite infectieuse et un streptocoque A.

L1 : Ranieri : "Le meilleur bus que je connaisse c'est celui de Domenech"
Interrogé à ce sujet en conférence de presse, Claudio Ranieri a contre-attaqué: "S'il parle de théâtre, je peux écouter.

"L'essai n'a pas permis de mettre en avant de bénéfice clinique alors même que les résultats intérimaires présentés en novembre 2016 avaient montré un taux de réponse global de 24%, atteignant même 41% chez les patients présentant des tumeurs inflammatoires", ont commenté dans une note les analystes de Portzamparc.

"Au vu de ces résultats, nous abaissons notre objectif de cours à 16,5 euros contre 18,3 euros précédemment, sans modifier notre recommandation à acheter", ont conclu les analystes de Portzamparc. Il réduit à 5% contre 30% la probabilité de succès d'arrivée sur le marché du lirilumab dans les autres indications développées par Brystol-Myers Squibb et porte le coût moyen pondéré du capital à 12% contre 10,1% en raison "d'un risque plus élevé".

Les analystes de Gilbert Dupont ont quant à eux ramené leur conseil à "vendre" contre "acheter" avec un objectif de cours à 7 euros contre 19,50 euros.

Valorisant le lirilumab à 0,75 euro par action ce qui représente 4% de leur 'fair value' de 18,60 euros, les analystes de Garnier restent toutefois à l'"achat". Ce dernier et le candidat-médicament IPH4102 constituent de solides vecteurs de croissance.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL