"Fin tragique ", prédit Warren Buffett

Aubin Brasseur
Janvier 11, 2018

Ni l'un ni l'autre ne sont des inconnus.

Warren Buffett et son partenaire de longue date, Charles Munger, 94 ans, conservent eux leurs responsabilités à la tête du holding et la responsabilité de sa politique d'investissement.

Dans ce même entretien, le milliardaire a par ailleurs fait part de son scepticisme sur les nouvelles monnaies virtuelles dont le bitcoin, assurant que son entreprise n'y investirait "jamais".

IKEA vous invite à uriner sur une de ses publicités
Loin d'être une publicité classique, le texte de celle-ci indique " Uriner sur cette pub pourrait changer votre vie ". Une chose est sûre, les commis du magasin devront se mettre des gants pour vérifier l'authenticité du document.

La Suisse interdit de plonger les homards dans l'eau bouillante
Mais ce n'est pas tout: la Suisse a pris de nouvelles mesures pour tenter d'enrayer davantage les trafics de chiens. Actuellement en révision, la loi relative à la protection des animaux va changer à compter du 1er mars prochain.

Un marin-pêcheur porté disparu, les recherches prennent fin
Il décide alors de dérouter un pêcheur pour contrôler la présence à bord du pêcheur par appels de voix. Il tente alors un contact VHF avec le bateau, qui s'avère non concluant.

Celle-ci a fait en 50 ans de Berkshire et de Warren Buffett les symboles de la réussite d'une politique d'investissement à long-terme dans des valeurs sûres et souvent négligées des autres investisseurs.

Mais il s'est bien gardé de donner davantage de précisions sur le calendrier de sa succession. "C'est une période de transition qui pourrait durer longtemps, ou, si quelque chose m'arrivait, cela pourrait aussi intervenir très vite", s'est-il borné à indiquer. Mais il faut éplucher ses comptes annuels pour le savoir, le personnage se gardant bien de faire part de ses opinions à l'encan. La méfiance est de mise: sur la chaîne CNBC, il a ainsi prédit "une fin tragique " pour le bitcoin: "je peux dire avec une quasi-certitude [que les cryptomonnaies] finiront mal ".

Celui que l'on surnomme "l'oracle d'Omaha", sa ville natale du Nebraska, considéré comme l'un des investisseurs les plus avisés et toujours aux commandes du conglomérat Berkshire Hathaway (500 milliards de dollars de capitalisation, la sixième de Wall Street), serait même prêt à "acheter un put de long terme, à 5 ans, sur chacune des cryptomonnaies", un produit dérivé pour parier sur leur baisse. J'ai assez de problèmes avec des choses dont je sais quelque chose. "Nous n'en avons pas acheté (.), nous n'aurons jamais de position", a ajouté le président de Berkshire Hathaway.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL