Un avion Air Algérie intercepté par l'Armée Française

Vanessa Beaulieu
Janvier 11, 2018

La Haute autorité de défense aérienne (HADA) "a ordonné le décollage d'un Mirage 2000 d'alerte de la base aérienne (BA) 115 d'Orange-Caritat ".

A la fin du communiqué, il est noté que le comportement douteux de l'équipage algérien n'avait pas d'autre origine qu'un manquement à l'obligation de l'équipage du Boeing de maintenir un dialogue constant avec les aiguilleurs du ciel.

On peut jouir d'un viol
Sans se dégonfler, l'ancienne actrice pornographique lui répond: " on peut jouir lors d'un viol je vous signale ". Parce que les violences, elles empêchent la jouissance .

La Suisse interdit de plonger les homards dans l'eau bouillante
Mais ce n'est pas tout: la Suisse a pris de nouvelles mesures pour tenter d'enrayer davantage les trafics de chiens. Actuellement en révision, la loi relative à la protection des animaux va changer à compter du 1er mars prochain.

Pour échapper à la police, le septuagénaire avait fait 17 tours de rond-point — Bretagne
Peu avant minuit ce jour-là, l'homme de 73 ans a visiblement décidé de s'occuper en faisant un "rodéo" dans les rues de la ville. Au lieu de coopérer, le chauffard va tenter de se soustraire au contrôle en effectuant...17 tours d'un même rond-point.

En quelques minutes, un Mirage 2000 de l'armée française a intercepté mardi un Boeing d'Air Algérie qui avait oublié de prendre contact avec les aiguilleurs du ciel en France. A hauteur du Boeing, l'équipage du Mirage 2000 a pris l'appareil en photo et procédé aux vérifications d'usage dans ce type d'opération, "des interrogations radio ont (...) été réalisées par des contrôleurs militaires français". Le ministère de la Défense a finalement conclu à l'incompétence de l'équipage.

L'armée française relève un "manque de compétence de l'équipage d'Air Algérie". Récemment, des pilotes avaient été suspendus lors d'un vol entre Alger et Sétif pour avoir laissé les commandes de l'avion a un enfant de dix ans.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL