L'hypothèse d'un procès se précise pour Ikea — Surveillance des salariés

Aubin Brasseur
Janvier 12, 2018

La perspective d'un procès se rapproche pour Ikea France.

Ce réquisitoire du parquet, qui demande également le renvoi de quinze personnes, est l'aboutissement de près de six années d'enquête, qui ont permis de lever le voile sur un système de surveillance.

Le juge d'instruction dispose désormais d'un délai de trois mois pour ordonner le renvoi définitif devant le tribunal correctionnel ou pour prononcer un non-lieu. Les syndicats FO et CGT avaient alors déposé plusieurs plaintes, amenant le parquet de Versailles à ouvrir une information judiciaire en avril 2012. "Ikea France, depuis le début de la procédure, a toujours collaboré avec l'institution judiciaire", a-t-il ajouté.

Quatre fonctionnaires de police ont déjà été mis en examen, soupçonnés d'avoir été rémunérés par la marque en échange de ces renseignements.

L'assurance chômage pour les indépendants limitée aux plateformes type Uber?
Une fois la copie rendue, s'ils s'entendent, le gouvernement qui met en avant la "co-construction", reprendra ce qui lui convient. D'autre part, une indemnisation pour les salariés qui démissionnent de leur emploi est aussi sur la table. 1,4 milliard.

OM - Mercato : Une prolongation proposée à Rolando ?
S'il préfère temporiser, Rolando compte bien continuer son aventure en Provence. Je suis bien ici, même si j'ai aussi vécu des choses difficiles.

Trois gardiens de prison agressés par un détenu islamiste
L'un des blessés, sérieusement touché, a été transporté en urgence à l'hôpital. Les investigations ont été confiées à la DGSI et à la SDAT.

L'affaire a éclaté en février 2012 suite aux révélations du Canard Enchaîné.

Un rapport détaille aussi des éléments de la vie personnelle de certains salariés, leurs amitiés et soutiens au sein de l'entreprise, et la manière envisagée pour retourner ces soutiens. Ikea France, en tant que personne morale, l'ancien PDG de la filiale Jean-Louis Baillot, Dariusz Rychert, directeur financier, et Stefan Vanoverbeke, directeur général d'Ikea France de 2010 à 2015, ont aussi été mis en examen en novembre.

Au cours de l'enquête, de nombreuses perquisitions ont été réalisées au siège du groupe à Plaisir (Yvelines) mais aussi dans des enseignes à Franconville (Val-d'Oise), Avignon (Vaucluse), Reims (Marne) et Brest (Finistère), révélant un système d'ampleur nationale.

Ikea avait annoncé dans la foulée une série de mesures éthiques visant à redorer le blason de l'entreprise et à tirer les leçons de ce scandale.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL