Iran. Trump confirme la levée des sanctions sur le nucléaire

Vanessa Beaulieu
Janvier 13, 2018

D'ici la prochaine échéance de suspension des sanctions, dans 60 jours, Donald Trump entend toutefois maintenir la pression sur l'Iran et travailler avec ses "partenaires européens sur un accord de suivi", selon les termes de la Maison Blanche, visant à durcir les conditions du texte conclu en 2015 avec Téhéran et d'autres grandes puissances. Ceux-ci ont à l'unanimité exprimé leur fort soutien à l'accord nucléaire, que le président américain avait promis de "déchirer" pendant sa campagne électorale en 2016.

Même son de cloche de Jean-Yves Le Drian qui insiste: " Il n'y a aucun doute sur le fait que l'Iran respecte cet accord " et le ministre français des Affaires étrangères appelle expressément les Etats-Unis à le respecter. "[Mais] le président va aussi dire clairement que c'est la dernière suspension qu'il va signer", a-t-il encore prévenu.

En revanche, le Trésor américain a imposé vendredi de nouvelles sanctions ciblées contre 14 personnes ou entités iraniennes notamment pour des "violations des droits de l'Homme", visant en premier lieu le chef de l'Autorité judiciaire Sadegh Amoli Larijani.

Trump s'est toujours présenté comme farouche opposant à l'accord avec Téhéran, dont le ministre des Affaires étrangères était en visite à Bruxelles jeudi.

La prison de Rajaee Shahr, où "sont emprisonnés de nombreux Iraniens qui ont récemment protesté contre leur gouvernement", dans une vague de manifestations qui ont fait 21 morts, est aussi visée par les nouvelles sanctions, ainsi que des industries de défense iraniennes, le Conseil suprême pour le cyberespace ou encore une organisation de cyberdéfense qui dépend du corps d'élite des Gardiens de la révolution. L'accord engage l'Iran à ne pas développer de programme nucléaire militaire, en échange de la levée de certaines sanctions économiques.

P. Diddy offre un contrat au garçon de la pub H&M décriée
Selon le magazine, les sweat-shirts de la discorde ont été retirés des rayons et seront recyclés. Put some respect on it! Contactée par Europe 1 lundi, la marque suédoise a présenté ses excuses .

Apple rachète Buddybuild, un service canadien lié au développement d'applications
On retrouve notamment des outils pour compiler rapidement des applications depuis différents services, dont GitHub. Les retours utilisateurs sont gérés dans le processus de déploiement et de feedback.

Encore un ancien joueur ruiné et dans la galère — Wilson Oruma
Sept ans après avoir mis fin à sa carrière, l'ex-international footballeur nigérian, Wilson Oruma , est dans le brouillard. Il a également participé au Mondial 1998 puis décroché deux médailles de bronze aux CAN 2002 et 2006.

Reste à connaître les conséquences des annonces américaines.

Les Européens se disent par ailleurs préoccupés au sujet du programme balistique iranien et affirment que l'Iran doit désormais user de sa position diplomatique régionale pour aider à une résolution des conflits au Yémen et en Syrie.

Selon un rapport de l'ONU auquel l'AFP a eu accès vendredi, l'Iran a violé l'embargo sur les armes des Nations unies au Yémen en laissant les rebelles s'approvisionner en drones et missiles balistiques tirés vers l'Arabie saoudite.

Le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel s'est pour sa part prévalu à la sortie de la réunion d'un accord de principe de la part de M. Zarif pour commencer un " dialogue ". "Ceci n'a rien à voir avec l'accord nucléaire (.) mais il y a un besoin urgent de le faire", a-t-il expliqué. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL