" Je suis choqué par les popos du Président Trump… " — Macky Sall

Vanessa Beaulieu
Janvier 14, 2018

Le gouvernement haïtien, par la voix du ministère des Affaires étrangères, a réagi aux propos de Donald Trump, rapportés dans un article du Washington Post. Et le moins que l'on puisse dire c'est que les internautes y sont allés de leurs commentaires.

Le Président Aboubacar Sylla, vivement choqué par ces propos dont le caractère raciste et xénophobe est évident, dénonce une atteinte grave et inacceptable, dans la société internationale, à la dignité et à l'honneur des peuples africain, salvadorien et haïtien.

Les Républicains. Dominique Bussereau se "met en congé" du parti
Dans cet entretetien, il affirme ne pas accepter "les propos tenus par certains porte-parole des Républicains". Ils "pourraient être ceux du FN", déplore Dominique Bussereau .

La Chine récupère la boîte noire et deux corps — Pétrolier en feu
L'accident s'est produit à environ 300 kilomètres à l'est de Shanghai (est). Il acheminait des produits à la firme sud-coréenne Hanwha Total.

Rixe à Paris : un adolescent de 15 ans meurt poignardé
Pris en charge par un passant, des policiers puis les secours, il a été transporté à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Selon plusieurs témoins, cités par l'AFP, le drame s'est déroulé en quelques minutes à peine.

Dans cette note, le gouvernement estime qu'il s'agit, une fois encore, d'une véritable méprise. Car, argue-t-il, ces déclarations indignes et répréhensibles ne correspondent en rien aux vertus de sagesse, de retenue et de discernement que doit cultiver toute autorité politique investie de hautes fonctions. Je les rejette et les condamne vigoureusement.

Faut-il rappeler que les destins d'Haïti et des Etats-Unis d'Amérique se sont croisés depuis 1779 quand 500 soldats haïtiens ayant à leur tête le général Lafayette ont combattu aux cotes des troupes américaines dans la guerre de l'indépendance. De même en 1814 plusieurs centaines d'Haïtiens conduits par ont pris part à la bataille de New Orléans pour protéger l'indépendance des Etats Unis d'Amérique quand les britanniques vouloir reconquérir leur ancienne colonie. En parlant de l'immigration, le dirigeant américain a fait état de " pays de merde ".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL