La Chambre des représentants adopte un budget temporaire — Etats-Unis

Henri Michaux
Janvier 19, 2018

Dans l'entourage du président Donald Trump on n'entend toutefois pas rester les bras croisés et on promet d'utiliser l'artillerie lourde contre l'ancien président. Le Sénat doit d'ici-là voter à son tour cette mesure, au risque de provoquer un "shutdown": la fermeture d'un grand nombre d'agences fédérales.

La Chambre a voté presque selon les lignes de parti, à 230 voix contre 197, pour approuver la législation, qui permettra de continuer à faire fonctionner le gouvernement fédéral, et ses centaines de milliers d'employés, mais seulement jusqu'au 16 février. Il propose notamment de pérenniser un programme public d'assurance maladie pour les enfants pauvres (Chip) pour six ans et repousse la mise en oeuvre de trois taxes prévues par l'Obamacare, la loi réformant la protection sociale promulguée en 2010.

Le vote en Chambre a été assuré après que le Freedom Caucus eut conclu un accord avec le président de la Chambre Paul Ryan, un républicain.

Les parents californiens plaident non coupable — "Maison de l'horreur"
Pour vous donner un exemple, le poids de l'un des enfants de 12 ans est celui d'un enfant de sept ans, en moyenne. David Turpin est également visé par un chef d'acte obscène sur un enfant par la force, la peur ou la contrainte.

Connecticut governor: Trump 'Fake News' awards are 'fascist propaganda'
Here are few reasons you should ignore the " fake news awards " or not waste any time trying to debunk his examples. No wonder the late-night comics have had a competing to win a "Fakey" - the term they've attached to his promised.

Notre-Dame-des-Landes : un abandon à quel prix ?
D'ores et déjà, les organisations anti-aéroport assurent qu'elles procèderont elles-mêmes au désenclavement de la route. La présence ou l'intervention policières ne feraient donc qu'envenimer la situation .

Après une journée de tractations intenses, ce dernier a finalement réussi à rallier une partie de la frange radicale des élus républicains, opposée à toute concession sur les questions d'immigration. Il a ajouté que les démocrates avaient pour objectif de "prendre tout le pays en otage " en exigeant que soit tout de suite résolu un "problème non-imminent " lié à l'immigration. Mais ce dernier a refusé d'endosser cette responsabilité. "Nous devons nous asseoir ensemble autour de la table pour résoudre cela, avec le président ou sans lui".

Les républicains demandaient qu'un projet de loi distinct budgétaire finançant le gouvernement pour le reste de l'année comporte des hausses majeures pour les forces armées, et ils ont accusé les démocrates de mettre en péril le financement du Pentagone. "Si important pour notre pays". En échange de ses voix, la minorité démocrate veut, outre le financement à long terme du "Chip", régler le sort de 690'000 "Dreamers".

Un rejet au Sénat laisserait planer l'incertitude avec une seule garantie, celle que tant les républicains que les démocrates feraient porter le blâme au parti rival. Ces derniers demandent qu'un compromis sur le budget permette de protéger les jeunes migrants connus sous le nom de "Dreamers", qui sont arrivés clandestinement aux Etats-Unis quand ils étaient enfants. Mais Donald Trump exige aussi le financement du mur promis à la frontière avec le Mexique, ainsi que d'autres mesures anti-immigration, dont la fin de ce qu'il appelle "l'immigration en chaîne" (le regroupement familial) et la suppression de la loterie annuelle de cartes vertes.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL