Un test sanguin pour détecter le cancer avant l'apparition de symptôme

Henri Michaux
Janvier 19, 2018

L'étude, publiée en ligne jeudi dans Science, a porté sur plus d'un millier de patients dont la tumeur ne s'était pas encore propagée. Autre problème, si la tumeur est trop petite, le test est moins efficace: il n'a dépisté que 43% des cancers très précoces et sans symptôme. L'équipe de chercheurs de l'université Johns Hopkins à Baltimore, aux États-Unis, menée par Nickolas Papadopoulos, pourrait se placer en tête de la compétition en cours pour commercialiser un test sanguin universel de dépistage du cancer, grâce à ces résultats.

Les mutations génétiques provoquent la croissance de cellules cancéreuses, dont l'ADN se retrouve dans le sang.

Le test "CancerSEEK" recherche dans le sang les anomalies dans seize gènes qui mutent le plus souvent dans les différents types de cancer, ainsi que les niveaux de huit "biomarqueurs" de protéines caractéristiques de ces cancers.

26 fonctionnaires écartés pour des condamnations impliquant des enfants — Éducation nationale
L'Éducation nationale a passé au crible les casiers judiciaires d'un million d'enseignants et de personnels de l'Éducation nationale.

Le pape marie un couple dans un avion à 11000 mètres d'altitude
Lors de la suite de son voyage au Pérou , François rencontrera aussi des communautés aborigènes. Dans les années 90, plus de 70% se disaient catholiques, ils ne sont plus que 45% aujourd'hui.

Australie : un drone vole au secours de deux nageurs
Les clubs de secours pour les surfeurs sont des institutions sur les côtes australiennes, où vit la majorité de la population. L'île-continent est un des leaders de l'expérimentation des drones dans le domaine du sauvetage aquatique.

Cette combinaison a nettement accru la sensibilité du test (capacité à détecter un cancer) et permis de déterminer quel tissu de l'organisme était affecté.

Dans les échantillons de sang des 1.005 patients de l'étude atteints d'un des huit cancers les plus communs et n'ayant pas développé de métastases, le taux de détection a varié de 33 % à 98 % selon les tumeurs, précisent les auteurs de l'étude. Les chercheurs ont déjà commencé une autre étude, qui pourrait porter au total pendant cinq ans sur 50.000 femmes de 65 à 75 ans n'ayant jamais eu de cancer, pour savoir si ce test peut détecter de manière plus systématique la présence d'une tumeur sans aucun symptôme.

Même si CancerSEEK n'est pas encore totalement fiable, un brevet a été déposé pour ce nouveau test sanguin, et les chercheurs assurent que son prix ne dépassera pas 500 dollars, le même coût que pour des examens de dépistage qui existent déjà. Ainsi des personnes sans cancer mais souffrant de maladies inflammatoires comme l'arthrite pourraient être testées faussement positives.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL