JO 2018 : le patineur japonais Kei Saito premier cas de dopage

Thibaut Duval
Février 15, 2018

Kei Saito pourrait devenir dans le même temps, le premier Japonais pris pour dopage à des JO d'hiver. "Aucun des résultats enregistrés pendant les Jeux n'a été affecté", précise toutefois le TAS dans son communiqué.

Saito, 21 ans, a participé samedi au 1500m (compétition dans laquelle le Français Thibaut Fauconnet est passé tout proche d'une médaille avec une chute cruelle), et était prévu comme remplaçant sur le relais 5.000 m messieurs ce mardi. Il devient ainsi le premier Japonais pris pour dopage à des Jeux olympiques d'hiver. Le comité national olympique nippon doit tenir une conférence de presse ce mardi. Les deux échantillons A et B ont été analysés et "les deux sont positifs", a-t-il confirmé.

En cause: la présence d'acétalozamide, un diurétique considéré comme masquant. Il a cependant accepté d'être "provisoirement suspendu" et a quitté le village olympique.

Le club discute pour le fair-play financier — OM
Dans son édition du jour, L'Équipe révèle que les deux parties seraient en train de négocier d'éventuelles sanctions. Peut-être pas en Championnat, où les Phocéens semblent distancés, mais plutôt dans le collimateur de l'UEFA .

Le crash de Moscou "apparemment" dû au givrage d'une sonde Pitot — Russie
L'analyse de l'autre boîte noire, celle qui enregistre les conversations dans le cockpit, est en cours. Le biréacteur va percuter le sol à un angle de 30°.

Renault Sport engage la Team Vitality pour les F1 eSports Series
Nous nous félicitons d'en faire partie et de pouvoir mettre les équipes de Renault Sport Racing au contact de ces jeunes gamers. L'arrivée de Renault dans l'eSport marque une étape de plus dans la professionnalisation de l'activité simracing.

"Kei Saito n'a aucune idée de la raison pour laquelle cela s'est produit, alors en tant qu'équipe olympique japonaise, nous continuons à faire tous les efforts pour prouver qu'il n'y a pas eu de violation des règles de la part de Kei Saito ", a encore dit le responsable de l'équipe olympique japonaise ". "(.) Je n'ai jamais pris de produits dopants et n'ai donc jamais eu l'intention de les cacher ", se défend ce spécialiste du short-track.

Saito n'a donc pas le droit de participer à la moindre compétition en dehors des JO tant que son cas est à l'étude pour sanction par le TAS.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL