Bras de fer amorcé entre Matignon et les représentants du ferroviaire — SNCF

Aubin Brasseur
Février 19, 2018

"Nous allons aborder des sujets très sensibles".

Cette réunion intègre désormais une autre instance, le comité ministériel de la sécurité aux passages à niveau, afin d'assurer une parfaite coordination entre ces questions essentielles et d'y associer le plus grand nombre d'acteurs.

Le constat d'Elisabeth Borne est sans appel: "Le coût au kilomètre en France est supérieur de 30% à celui de nos voisins (.) Les contribuables ont dépensé 14 milliards d'euros (par an, ndlr) en subventions publiques pour le ferroviaire, c'est 22% de plus qu'il y a dix ans", déplore-t-elle.

Elisabeth BORNE, Ministre chargée des Transports, a réuni ce jour la 5ème réunion du comité de suivi de la sécurité ferroviaire. Guillaume Pepy, président du groupe et PDG de SNCF Mobilités, Frédéric Saint-Geours, président du conseil de surveillance, et Patrick Jeantet, PDG de SNCF Réseau, seront reçus à Matignon pour évoquer les profondes réformes préconisées par le rapport remis jeudi.

" Le plus important, c'est de soutenir l'entraîneur " — Thiago Motta
Il a ajouté que l'entraîneur Unai Emery avait " une totale confiance en lui ". Jusqu'à présent, cela nous a réussi et on espère continuer comme ça.

Lucas buteur, les Spurs en échec — Ang. (Cpe)
Dernier de la D3, Rochdale a créé un petit exploit au 5e tour de la Cup contre Tottenham (2-2). A la surprise générale, Ian Henderson a ouvert le score pour Rochdale juste avant la mi-temps.

Ne testez pas la détermination d'Israël
Invité à s'exprimer, le Premier Ministre Israélien , Benyamin Netanyahu , a tenu à s'adresser directement à Javad Zarif, le ministre Iranien des Affaires étrangères.

En réaction, la CGT a annoncé une manifestation nationale des cheminots le 22 mars, pour défendre notamment leur statut. La France insoumise sera à leurs côtés, a indiqué le député Alexis Corbière. Parmi elles, l'ouverture à la concurrence, la fin du statut des cheminots et la fermeture de certaines lignes déficitaires.

Les syndicats dénoncent à l'unisson un "sabordage du chemin de fer français" selon les mots de la CGT-Cheminots, avec "des mesures de rentabilité visant exclusivement à la rationalisation du transport ferroviaire" selon l'Unsa-Ferroviaire (2e syndicat). La casse du service public, c'est de laisser perdurer la situation actuelle! Selon eux, une remise en cause du statut de cheminot est inacceptable car le statut n'est pas la source du problème. "Cela leur permettra de rester au même endroit, d'exercer le même métier et de préserver leurs droits". Elle "doit être intégralement reprise par l'État" car "elle provient des choix d'investissements publics et n'a pas à être supportée" par les cheminots, souligne la CFDT-Cheminots (4e syndicat).

Matignon a assuré que la "discussion étroite avec les régions et les territoires" se ferait "dans le respect" des CPER.

Les syndicats sont vent debout contre le rapport et l'idée même de la fin du statut des cheminots. "Il reste encore de la place dans les armoires".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL