Le monde littéraire réclame à Anne Hidalgo une sépulture pour Michel Déon

Marcel Micheaux
Février 20, 2018

Pour Antoine Gallimard, Emmanuel Carrère, Irène Frain, l'académicien Erik Orsenna, Amélie Nothomb, Delphine de Vigan, Yasmina Reza, Didier Decoin, Jean-Christophe Rufin, Guillaume Musso, Michel Houellebecq, Eric-Emmanuel Schmitt ou encore Sempé, la présence de Michel Déon à Paris, " comme celle de Proust, Stendhal, Baudelaire, Sartre, contribuera au prestige déjà grand d'une ville indissociable de notre histoire intellectuelle et littéraire ". Les rebondissements se suivent et ne se ressemblent pas.

Une centaine de personnalités signent une tribune adressée à la maire de Paris pour accorder à l'écrivain le droit de reposer dans la capitale, rapporte "Le Figaro".

Au lendemain de l'appel de cent écrivains dans Le Figaro, la maire accepte finalement que l'académicien repose dans la capitale.

Le rapport qui veut améliorer l'accueil des étrangers en France
Il souhaite ainsi offrir aux nouveaux venus " un accompagnement global, incluant notamment l'accès au logement et à l'emploi, d'une durée moyenne d'un an ".

Rami pointe une ombre au tableau face à Bordeaux — OM
Et dès dimanche prochain, c'est un déplacement à Paris qui attend les Marseillais. J'espère que ce sera un beau match, ce ne sera pas facile.

L'adolescent qui avait mortellement fauché un gendarme est mort — Salles
Ils avaient apparemment quitté la veille au soir le domicile familial en voiture, armés d'un fusil de chasse. Le parquet de Bordeaux a précisé qu'un fusil avait été trouvé sur les lieux de la découverte des corps.

La mairie de Paris avait pourtant exposé les raisons qui l'avaient poussée, depuis plus d'un an, à refuser les demandes de la famille de Michel Déon et de l'Académie française.

Effectivement, si on applique les règles fixées par le Code général des collectivités territoriales, la réponse négative à l'accueil des cendres de l'écrivain, né à Paris en 1919 mais mort en Irlande en 2016, se justifiait. Cela constituerait de fait une rupture d'égalité pour toute personne placée dans la même situation que Michel Déon. "Et je suis fière qu'à Paris nous appliquions scrupuleusement ces principes fondateurs de notre République".

Si le Code général des collectivités territoriales impose un certain cadre, Anne Hidalgo avait assuré qu'elle ferait son possible pour Michel Déon: " Je proposerai au prochain Conseil de Paris la création d'une commission intégrant des conseillers de Paris de toutes les formations politiques pour définir les conditions dans lesquelles, malgré le petit nombre de places disponibles, nous pourrions accueillir exceptionnellement à Paris la sépulture de personnalités qui n'y résidaient pas administrativement ", assurait-elle sur Facebook il y a quelques jours.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL