Trump veut encore sanctionner Pyongyang

Vanessa Beaulieu
Février 23, 2018

Les Etats-Unis s'apprêtent à annoncer de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord afin d'intensifier la pression sur le régime de Pyongyang pour qu'elle renonce à ses programmes nucléaires et de recherches balistiques, a-t-on appris auprès de la Maison blanche.

Vendredi, Donald Trump a mis une partie de ses menaces à exécution envers le régime de Pyongyang a annoncé "les plus importantes" sanctions contre le pays.

"J'espère que quelque chose de positif en sortira, nous verrons", a commenté brièvement Donald Trump à l'issue de son discours très attendu lors du grand rendez-vous annuel des conservateurs du CPAC. Le président américain, qui est confronté à l'activisme du leader nord-coréen Kim Jong-un en matière de terreur nucléaire, veut " continuer à couper les sources de revenus et de pétrole que le régime utilise pour financer son programme nucléaire et son armée ".

Ces restrictions prévoient de viser 56 sociétés de transport maritime et navires, qui aident Pyongyang "à échapper aux sanctions", selon le président américain.

United s'en sort bien, la Roma en ballotage défavorable — Ligue des Champions
Pourtant, à 27 ans, le gardien espagnol semble bien parti pour prolonger l'aventure à Manchester United. L'entraîneur portugais connait les qualités de son gardien de ne veut pas le laisser s'échapper.

" "Amnesty International contre " le caractère ciblé des poursuites " — Affaire Khalifa Sall
Amnesty International, qui vient de publier son Rapport annuel 2017/2018, dénonce "le caractère ciblé des poursuites " contre Khalifa Sall et ses co-prévenus.

Le gouvernement doit présenter un plan de lutte contre la radicalisation — Sécurité
Le Premier ministre Edouard Philippe a présenté ce vendredi les 60 mesures du plant anti-radicalisation du gouvernement . La mission, confiée au ministre de la Fonction Publique Gérald Darmanin, devra rendre ses propositions d'ici fin juin.

L'annonce de nouvelles sanctions américaines coïncide par ailleurs avec la venue dans la péninsule de la fille et conseillère du président américain, Ivanka Trump, qui assistera dimanche à la cérémonie de clôture des Jeux olympiques.

Le secrétaire au Trésor Steve Mnuchin a souligné qu'elles concernaient " pratiquement tous les navires " que la Corée du Nord utilise à ce jour.

En 2017, le Conseil de sécurité a imposé à l'unanimité trois séries de sanctions économiques à la Corée du Nord, toutes plus fortes les unes que les autres: le 5 août (fer, charbon, pêche.), le 11 septembre (textile, limitation de livraisons de pétrole) et le 22 décembre (produits pétroliers raffinés notamment).

Selon lui, les sanctions visent à rappeler " aux entreprises à travers le monde que si elles décident d'aider au financement des ambitions nucléaires de la Corée du Nord, elles ne pourront pas faire des affaires avec les États-Unis ". Il est vrai que si une délégation officielle nord-coréenne de huit membres, emmenée par le général Kim Yong Chol (accusé d'être responsable du naufrage d'un navire sud-coréen qui avait coûté la vie à 46 marins en 2010), participera à la cérémonie de clôture des JO dimanche à Séoul, la Maison-Blanche avait fait savoir qu'aucune rencontre entre émissaires américains et nord-coréens n'était prévue.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL