Un patron de presse arrêté après une descente policière au Maroc

Vanessa Beaulieu
Février 24, 2018

Un groupe de vingt policiers a effectué une descente dans les locaux du quotidien Akhbar al-Youm à Casablanca, et interpellé son directeur Taoufiq Bouachrine.

"Ils ont fouillé les bureaux du journal, pris des photos et confisqué la clé", a-t-il ajouté, affirmant ignorer les raisons de son arrestation.

Contacté par l'AFP, le ministre de la Communication n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat à cette information. Au bout de quelques instants, ils ont passé les menottes à Taoufik Bouachrine sans donner d'explications.

Trump veut encore sanctionner Pyongyang
Le secrétaire au Trésor Steve Mnuchin a souligné qu'elles concernaient " pratiquement tous les navires " que la Corée du Nord utilise à ce jour.

Allemagne : vers une interdiction du diesel en centre-ville ?
Ces mesures sont, toutefois, jugées insuffisantes par les associations de protection de l'environnement et par les experts. Leur part de marché est passée de 48 % en 2015 à 39 % environ en 2017.

Convertisseur catalytique Spectra
La marque a un nom reconnu et une bonne réputation si vous songez à remplacer le convertisseur. Tout le monde doit jouer son rôle pour assurer que la grande catastrophe est atténuée.

Le Maroc figure à la 133e place sur 180 pays au Classement 2017 de la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières (RSF).

Selon le procureur général de la cour d'appel de Casablanca, l'interpellation du journaliste s'inscrit dans le cadre d'une enquête de la brigade nationale de police judiciaire ordonnee par le procureur général suite à "plusieurs plaintes".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL