La France veut protéger ses entreprises des sanctions américaines — Iran

Aubin Brasseur
Mai 12, 2018

Plusieurs entreprises avaient reçu après la mise en oeuvre de l'accord sur le programme nucléaire iranien en 2015 des licences spéciales ou le feu vert du Trésor américain pour commercer avec l'Iran. Alors que Renault, PSA, Total, ou Airbus ont poussé leurs pions sur ce marché prometteur, Boeing est resté sur ses gardes, reportant ses livraisons dès les premières hésitations de la nouvelle administration.

Les échanges de l'Union européenne avec l'Iran, qui ne représentaient que 7,7 milliards d'euros (11,3 milliards $ CA) en 2015, ont quasiment triplé pour atteindre en 2017 21 milliards d'euros (32,3 milliards $ CA). Tous ces groupes seront contraints de revoir leurs ambitions.

La décision américaine contrecarre dès lors ces projets. La mesure sera appliquée dans 90 jours.

La Maison-Blanche s'appuie en effet sur le principe d'extraterritorialité des lois américaines, ce qui permet à Washington de sanctionner des entreprises étrangères travaillant avec des pays sous embargo, à partir du moment où elles commercent aussi avec les États-Unis ou utilisent le dollar dans leurs transactions.

Une arme déjà utilisée dans le passé, à l'image de l'amende de 8,9 milliards de dollars infligée en 2014 à la banque française BNP Paribas pour avoir enfreint les sanctions contre l'Iran et d'autres pays. "Voulons-nous que les Etats-Unis soient le gendarme économique de la planète?".

Nucléaire iranien : les Européens passent à l'action pour sauver l'accord
Des députés iraniens ultraconservateurs ont brûlé un drapeau américain en papier en pleine séance du Parlement mardi. De son côté, le président iranien a demandé des " garanties " et mis la pression sur les signataires de l'accord.

" Bien pour le foot français si l'OM gagne ! " — Emery
Pour rappel, le coach espagol a remporté la Ligue Europa trois fois de suite avec le FC Séville (2014, 2015, 2016). Et s'est évertué à dire qu'une victoire olympienne serait bel et bien une bonne chose pour le football français.

Gaza: un Palestinien tué par des tirs de soldats israéliens (Santé)
Les troupes israéliennes ont riposté en tirant " selon les règles d'engagement", a ajouté l'armée sans donner d'autres précisions. Un homme de 40 ans, atteint d'une balle à la poitrine, est mort près de Khan Younès, dans le sud de l'enclave palestinienne.

La major pétrolière Total, associée au groupe chinois CNPC, a signé un accord portant sur un investissement de 5 milliards de dollars pour exploiter le gisement South Pars mais avait prévenu que le maintien de cet accord dépendait de la position de Washington sur le nucléaire iranien. Le patron de Bercy a ainsi contacté son homologue américain afin de demander soit des "exemptions", soit "des délais plus longs ".

Seule certitude, selon Mahasti Razavi, avocate au cabinet August Debouzy, la décision américaine " ne remet pas en cause ce qui a déjà été fait ". " Nous analysons attentivement cette annonce et évaluerons les prochaines étapes en cohérence avec nos politiques internes et dans le respect complet des sanctions et des règles de contrôle des exportations ", a indiqué Airbus, précisant que " cela prendra du temps ".

Le secrétaire américain au Trésor, Steve Mnuchin, a annoncé hier soir que les Etats-Unis allaient retirer à Airbus et Boeing les autorisations de vendre des avions de ligne en Iran.

L'Arabie saoudite, qui pompe actuellement environ 10 millions de barils par jour, a la capacité de pomper quotidiennement environ 12 millions de barils.

Interrogés notamment sur l'avenir des ventes d'Airbus à l'Iran, les conseillers d'Emmanuel Macron ont répondu que "les choses avaient déjà commencé à se gripper" dans l'attente de la décision de Donald Trump.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL