La France championne du monde de la distribution de dividendes

Aubin Brasseur
Mai 14, 2018

Les groupes du CAC 40 ont redistribué à leurs actionnaires les deux tiers de leurs bénéfices depuis le début de la crise, au détriment des investissements et des salariés, selon un rapport publié lundi 14 mai 2018 par les ONG Oxfam et Basic.

Et de préciser: "La France est ainsi le pays champion du monde ". L'ONG Oxfam, spécialisée dans la lutte contre la pauvreté, a étudié les comptes des grandes entreprises du CAC 40 afin de savoir où vont leurs bénéfices. " Une spirale à laquelle l'actuel gouvernement oppose une véritable indifférence".

Selon cette étude, les groupes français ont "reversé plus de deux tiers de leurs bénéfices à leurs actionnaires sous forme de dividende (depuis 2009)", soit deux fois plus que dans les années 2000, "ne laissant que 27,3% au réinvestissement et 5,3% aux salariés".

Dans le détail, le sidérurgiste Arcelormittal, l'énergéticien Engie et le leader mondial de la gestion de l'eau Veolia sont, dans l'ordre, ceux ayant les taux les plus élevés de redistribution des bénéfices en dividendes aux actionnaires, indique le rapport.

JAL annonce la création d'une compagnie à bas coûts
Cette compagnie ne sera cependant pas totalement une première expérience dans ce domaine pour le groupe JAL. Cette nouvelle low cost serait alors la première compagnie à bas coût du pays à voler vers ces continents.

L'Apple TV pourra remplacer le décodeur chez Canal+
Le partenariat est inédit et pourrait bien se révéler gagnant-gagnant pour Canal+ et Apple. L'application myCanal sera préinstallée sur les Apple TV louées par la chaîne.

Eurovision 2018 : victoire pour Israël, la France termine treizième (Vidéos)
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Le rapport a suscité de vives réactions politiques sur Twitter. Au total, les entreprises du CAC 40 vont en moyenne verser à leurs actionnaires la moitié de leurs bénéfices réalisés en 2017, soit près de 50 milliards d'euros sous forme de dividendes, selon un décompte de l'AFP. "Voilà l'illustration de cette sécession des riches qu'encourage le nouveau pouvoir", a ainsi écrit Benoît Hamon, ancien candidat socialiste à la présidentielle, aujourd'hui à la tête de Génération-S.

On savait déjà que la France était le "plus gros payeur de dividendes" en Europe. "Si elles avaient choisi de maintenir en 2016 le même niveau de dividendes qu'en 2009 et d'augmenter la rémunération des employés plutôt que celle des actionnaires, l'ensemble des travailleurs du CAC 40 dans le monde auraient pu voir leurs revenus augmenter en moyenne d'au moins 14.000 euros sur la période, soit plus de 2.000 euros par an et par employé". "Mais le responsable émet quelques bémols sur le rapport: " Pas mal d'entreprises françaises distribuent des dividendes en action ", ce qui n'occasionne " pas de sortie de cash", observe-t-il notamment".

En outre, "les dividendes ne disent rien sur la rentabilité du capital par actionnaire", ajoute-t-il, soulignant qu'en France, les entreprises versent plus de dividendes que dans d'autres pays comme les États-Unis mais que le rendement du capital y est nettement plus faible.

Les salariés sont les grands sacrifiés de ce partage inégal.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL