Maltraitance animale: L214 diffuse une nouvelle vidéo choc [vidéo]

Aubin Brasseur
Mai 14, 2018

Les images ont été tournées au début du mois d'avril 2018. L'association a d'ores et déjà annoncé la diffusion de deux vidéos similaires au cours de la semaine. Partenaire de Matines, le leader français des oeufs en batterie, 460 000 volatiles s'y amassent. Elles côtoient des cadavres gisant au sol, dont certains sont en décomposition. L'association espère ainsi sensibiliser les députés en leur mettant "sous les yeux la réalité de ce que vivent 33 millions de poules en France". Une ligne dans son programme que l'association entend bien lui rappeler. Contacté par Libération, l'exploitant affirme que son élevage "répond aux normes du bien-être animal", sans plus de précision concernant les images diffusées. Des cadavres jonchent aussi le sol par endroit. Les quelques poules mortes visibles sur la vidéo seraient déposées là avant d'être jetées dans des conditions "normales" selon lui.

La date de publication de cette campagne n'a pas été choisie au hasard par l'organisation bien connue pour ses vidéos choc.

Cannes 2018: Le Grand bain de Gilles Lellouche dévoile ses premières images
Un projet insolite qui leur permettra également de donner un sens à leur vie. Le premier teaser vient d'être dévoilé et donne le ton déjanté du film.

Une proposition "totalement absurde" — Congés grands-parentaux
Les grands-parents sont souvent une aide précise pour les parents. Ce qui serait une excellente pour tous les papys et les mamies! C'est la réflexion menée par le cdH en Belgique.

Des examens bloqués à Lyon et Marseille — Universités
Mais malgré cette sécurisation des lieux, l'université a décidé de ne pas maintenir les examens, selon la même source. Rennes 2 était l'une des deux dernières universités bloquées avec Nanterre.

Des déclarations qui ne mettrons pas fin au travail de L214, alors que les députés sont appelés à se prononcer sur l'interdiction, ou non, des élevages de poules en cage dans le cadre de l'examen du projet de loi sur l'alimentation. La situation évolue peu à peu: en France, plus d'une centaine d'entreprises agroalimentaires ainsi que les principales enseignes de la grande distribution, de la restauration collective et de l'hôtellerie ont pris leurs responsabilités et se sont engagées à bannir les œufs de poules en cage de leur approvisionnement au plus tard en 2025.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL