Reims : un professeur de natation condamné après la mort d'une étudiante

Vanessa Beaulieu
Mai 16, 2018

Un professeur de natation de 56 ans a été condamné, mardi 15 mai, à 18 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Reims, après la mort d'une étudiante sous sa surveillance, rapporte France Bleu Champagne-Ardenne. Le tribunal n' a pas demandé de mandat de dépot.

En janvier 2016, Marine, une étudiante en deuxième année de Staps (licence de sciences et techniques des activités physiques et sportives) s'était noyée pendant un exercice d'apnée dans une piscine de Reims alors qu'elle était en principe sous la surveillance de cet enseignant. Sa peine sera aménagée par le port d'un bracelet électronique. Il n'a pas non plus compté les élèves pour vérifier s'il manquait quelqu'un à la fin de l'exercice. Il ne pouvait donc pas voir si Marine avait un problème.

Aussi, il a été prouvé que l'homme envoyé des SMS lors du cours. "Vous aviez peut-être autre chose à faire à ce moment-là", a lancé le président du tribunal.

L'exercice que le professeur faisait faire à ses élèves, l'apnée avec la méthode d'hyperventilation (qui sert à retarder l'envie de respirer), était interdit.

Rachid Alioui, opéré, forfait pour la Coupe du Monde — Maroc
L'attaquant du Nîmes Olympique a été opéré d'une rupture d'un tendon de l'ischio-jambier ce mercredi. Une blessure survenue vendredi dernier lors de l'ultime rencontre de la saison face à Reims (2-2).

Pokémon Let's Go Pikachu & Evolie, les choses se précisent
Vincent de Lavaissiere est rédacteur chez IGN France, gamer à plein temps, et dealeur de beats à ses heures perdues sur Twitter . En associant Pokémon Let's Go et Pokémon Go, les joueurs recevront a priori des récompenses sur les deux plateformes.

Convertisseur catalytique Spectra
La marque a un nom reconnu et une bonne réputation si vous songez à remplacer le convertisseur. Tout le monde doit jouer son rôle pour assurer que la grande catastrophe est atténuée.

" Après plus de 20 ans de métier, il y a une routine qui s'installe, des automatismes".

À la barre, le prévenu a reconnu ses erreurs. "Je ne me vois pas enseigner à nouveau la natation. Je ne me remettrais jamais de ce drame et je tiens à m'excuser" a-t-il notamment affirmé sur un ton calme en présence de la famille de la victime.

Ce procès a aussi permis à la famille de Marine de s'exprimer.

Lorsqu'on s'est aperçu que la jeune fille était inanimée, il était trop tard. "On n'arrive plus à se parler sans se crier dessus".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL