Meurthe-et-Moselle : disparition inquiétante d'un couple et de ses deux enfants

Vanessa Beaulieu
Mai 17, 2018

Ce sont les deux filles aînées du père de la famille vivant à Laxou en Meurthe-et-Moselle, âgées de 19 et 23 ans, qui ont averti les autorités de la disparition de leur père, leur belle-mère et leurs demi-frère et demi-soeur. La famille, composée de Stéphane Da Silva (46 ans), Nathalie Petit-Jean (42 ans), Maxime Da Silva (13 ans) et Melyssa Da Silva (6 ans), a disparu mystérieusement et sans donner d'explications depuis le 28 avril dernier, comme le rapporte nos confrères de L'Est Républicain. "J'ai amené les petits à la foire". Et de préciser: "C'est la dernière fois que je les ai vus". Mais ce jour-là, L., comme l'appelle le quotidien régional, constate "deux gros hématomes" sur le torse de son père.

Selon France Bleu, c'est la fille du père de famille, née d'une première union, qui a donné l'alerte, inquiète de ne pas avoir de leurs nouvelles. À son arrivée sur place, la serrure de la porte d'entrée avait été visiblement forcée et le logement fouillé. La jeune femme a alors décidé d'appeler la police et de déposer une main courante.

C'est une disparition qualifiée d' "inquiétante " par la police. À l'intérieur de l'appartement, plus de 200 fioles de méthadone [médicament de sevrage, ndlr] ont été retrouvées.

Une journée de deuil et de funérailles pour les Palestiniens — Gaza
Selon le dernier bilan du ministère Israélien de la Santé, 52 Palestiniens ont été tués, et des centaines d'autres blessés. Cette inauguration est en fait la concrétisation de l'une des promesses les plus controversées du président Donald Trump .

Reims : un professeur de natation condamné après la mort d'une étudiante
Il n'a pas non plus compté les élèves pour vérifier s'il manquait quelqu'un à la fin de l'exercice. Ce procès a aussi permis à la famille de Marine de s'exprimer.

Convertisseur catalytique Spectra
La marque a un nom reconnu et une bonne réputation si vous songez à remplacer le convertisseur. Tout le monde doit jouer son rôle pour assurer que la grande catastrophe est atténuée.

Autre fait troublant, des numéros de téléphone et des annotations de "pesées" de "blanche ou brune", laissant supposer à un trafic de stupéfiants, ont été trouvés.

L'enquête a été confiée à la brigade de la protection sociale du commissariat de Nancy, qui est joignable au 03.83.17.27.53.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL