Sommet de l'UE : Donald Tusk dénonce "l'attitude capricieuse" du gouvernement Trump

Vanessa Beaulieu
Mai 17, 2018

Le géant français Total a d'ores et déjà averti qu'il mettrait fin à son grand projet gazier en Iran, démarré en juillet 2017, à moins d'obtenir une dérogation de la part des autorités américaines, avec le soutien des autorités françaises et européennes. "Quand on voit les dernières décisions de Donald Trump, on pourrait même penser: avec des amis comme ça, on peut se passer d'ennemis".

'Nous sommes témoins aujourd'hui d'un nouveau phénomène: l'attitude capricieuse de l'administration américaine', a déploré M. Tusk, faisant allusion aux décisions fracassantes du président américain sur le nucléaire iranien et le commerce international.

Le sommet de Sofia, mercredi 16 et jeudi 17 mai, initialement consacré à la relation avec le sud des Balkans, devait être l'occasion pour les Européens de marquer leur fermeté face à un président Trump qui, en répudiant l'accord sur le nucléaire iranien, en menaçant d'imposer leurs exportations d'acier ou d'aluminium ou en étant sorti de l'accord de Paris, ne tient compte ni de leur avis ni même de leurs intérêts économiques et géopolitiques. Ils ont aussi prévu de prendre position après le bain de sang dans la bande de Ghaza, où près de 60 Palestiniens, dont des enfants, ont été tués par des tirs israéliens lors de manifestations contre l'inauguration, lundi, de l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. Mais les 28 ont convenu que "l'UE continuera de se battre pour un système international basé sur des règles malgré les récentes décisions sur le climat, les droits de douane et l'Iran", a expliqué une source européenne à l'AFP.

Dans l'après-midi, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a reconnu que les moyens dont disposaient les Européens pour protéger leurs entreprises d'éventuelles sanctions américaines étaient " limités ", tout en précisant qu'ils entendaient les utiliser " en intégralité ". "Je voudrais que, ce soir, à Sofia, nous nous mettions d'accord sur une attitude commune, consensuelle, pour ce qui est de nos relations avec les Etats-Unis", a-t-il dit.

Des fusils en libre-service pour dénoncer le port d'armes — USA
Selon l'association, 34 Américains sont chaque jour tués par une arme à feu, tandis que 46 sont blessés ou tués dans un accident impliquant une arme à feu.

Le prélèvement à la source en 6 points
L'administration fiscale vient en outre de procéder à une refonte en profondeur de sa doctrine au sujet du PAS. Avant dernier jour pour déposer sa déclaration de revenus .

L'UE en quête d'un front uni face à Trump
Avec Donald Trump, la partie s'allonge, les enchères montent et les Européens ont du mal à trouver leur souffle. Pour l'exempter définitivement, Washington exige une plus grande ouverture du marché européen .

Les Européens discutent notamment de la possibilité d'appliquer une loi dite "de blocage", un instrument permettant de protéger leurs entreprises travaillant en Iran face aux menaces de sanctions extraterritoriales américaines. "Mais il ne faut pas se voiler la face, les moyens sont limités ", a toutefois prévenu M. Juncker. Et mon objectif est simple: "rester fermes ", a-t-il ajouté. Cela signifie une exemption permanente " de ces taxes douanières, a réaffirmé mercredi Donald Tusk". Mais pour l'exempter définitivement, Washington exige une plus grande ouverture du marché européen.

Les Européens étudient plusieurs scénarios pour mettre un terme à ce conflit et la Commission a récemment ouvert la porte à une discussion sur un accord commercial " restreint", qui couvrirait uniquement des droits de douane sur des produits industriels et agricoles. Outre l'Iran et le commerce, les 28 parleront aussi des événements à Ghaza qui sont aussi liés "à la question plus vaste des conséquences des décisions de Donald Trump", a souligné un haut responsable européen.

" Là encore, l'unité est notre plus grande force".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL