Trump qualifie des immigrants illégaux d'"animaux"

Vanessa Beaulieu
Mai 17, 2018

Le président américain Donald Trump a décidé, une fois de plus, de se distinguer par la grossièreté de ses propos et faire de son racisme un spectacle pour les caméras: "Vous n'imaginez pas à quel point ces gens sont mauvais", a-t-il déclaré en parlant des immigrés qui cherchent à s'établir aux Etats-Unis sans en avoir les documents, "ce ne sont pas des gens, ce sont des animaux". Il a également ajouté: " Ce ne sont pas des hommes, ce sont des animaux ". Les personnes qu'il qualifie d'"animaux" sont les migrants illégaux, renvoyés de l'autre côté de la frontière mexicaine par les États-Unis. "Nous les expulsons de ce pays à un rythme jamais vu auparavant", a-t-il encore ajouté. Ces propos, relayés en direct à la télévision, ont suscité la polémique dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Donald Trump s'est également ému que la loi californienne "offre un refuge à certains des délinquants les plus vicieux et la plus violents de la terre, tels que les membres du gang MS-13", déplorant que "des hommes, des femmes et des enfants innocents" soient "à la merci de criminels sadiques". Un commentaire placé durant une discussion sur les municipalités de Californie refusant de coopérer avec les services de l'immigration du gouvernement fédéral.

Résultats Altice : plus agressif, SFR regagne des clients au 1er trimestre
L'Ebitda demeure élevé à 35,7%, mais la marge d'excédent brut d'exploitation est en recul de 0,1 point tout de même. Entre les mois de janvier et mars, il a gagné 239 000 clients dans le mobile et 71 000 dans le fixe.

Un sponsor de l'Atlético de Madrid pose problème au CSA
Depuis fin 2016, la publicité pour certains produits financiers à risque est interdite en France, et le sponsor en question entre dans cette catégorie.

L'UE en quête d'un front uni face à Trump
Avec Donald Trump, la partie s'allonge, les enchères montent et les Européens ont du mal à trouver leur souffle. Pour l'exempter définitivement, Washington exige une plus grande ouverture du marché européen .

Par cette loi, la Californie s'est déclarée en septembre dernier "Etat sanctuaire " pour immigrés illégaux, en limitant au maximum toute collaboration avec la police fédérale anti immigration. "Donald Trump ment sur l'immigration, il ment sur la criminalité", a ainsi soutenu le gouverneur. Pas des animaux, ni des criminels, ni des trafiquants de drogue, ni des violeurs. "Ce sont des êtres humains", a ainsi réagi Jared Polis, un élu du Colorado. "Nous, les citoyens de la cinquième plus grande économie du monde, ne sommes pas impressionnés".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL