Un scénario libyen pour la Corée du Nord? Trump s'exprime

Vanessa Beaulieu
Mai 18, 2018

"Nos équipes sont en ce moment même en contact avec eux pour l'organisation", a-t-il ajouté en recevant le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

"On dirait que Kim Jong Un a été contraint d'accepter les exigences américaines de la dénucléarisation d'abord et qu'il tente maintenant de changer de position après avoir normalisé les relations avec la Chine". Surtout, fin avril, il évoquait dans une interview le "modèle libyen" pour la dénucléarisation de la Corée du Nord.

Le langage utilisé par la Corée du Nord est un retour soudain à l'ancienne rhétorique de Pyongyang, qui a longtemps estimé qu'elle avait besoin de l'arme nucléaire pour se défendre contre les Etats-Unis.

Pyongyang, qui a annulé une rencontre de haut niveau avec la Corée du Sud pour protester contre des exercices militaires annuels en cours entre Séoul et Washington, a haussé le ton par la voix son ministre adjoint des Affaires étrangères, Kim Kye Gwan.

Les Etats-Unis devront "mûrement réfléchir sur le sort de ce sommet Corée du Nord-USA, à la lumière de vacarme militaire", a indiqué Yonhap, reprenant l'agence officielle nord-coréenne.

La guerre de Corée (1950-53), qui a cristallisé la division de la péninsule, a pris fin sur un armistice, et non un traité de paix, si bien que les deux pays sont toujours techniquement en conflit.

Ne l'appelez plus "Christine and the Queens" mais "Chris"
Sept concerts sont annoncés en France, dont une date à l'AccorHotels Arena de Paris le 18 décembre. Christine and The Queens est enfin de retour, mais a décidé changer de nom.

Déclaration IFI : vous avez jusqu'au 15 juin !
De ce fait, elle proroge le délai limite de déclaration jusqu'au 15 juin. L'impôt sur la fortune immobilière se substitue cette année à l'ISF.

Premier League - Manchester City : Pep Guardiola jusqu'en 2021
Guardiola perçoit aujourd'hui un salaire estimé à 25 M€ par an, et les médias anglais avancent que cette prolongation s'accompagne d'une revalorisation importante.

"Si la rencontre a lieu, elle aura lieu, et si elle n'a pas lieu, nous passerons à l'étape suivante", a encore dit M. Trump, à propos du sommet envisagé.

Lors d'un sommet rarissime le mois dernier dans la zone démilitarisée, M. Kim et le président sud-coréen Moon Jae-in ont réaffirmé leur engagement derrière un "objectif commun", la "dénucléarisation totale" de la péninsule.

"Le modèle libyen n'est pas du tout ce que nous avons en tête", a-t-il déclaré, prenant le contre-pied de son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, qui a affirmé il y a quelques jours à la télévision que c'était la référence de l'administration pour les négociations à venir.

Justement, le président américain est revenu sur la menace de Pyongyang de réexaminer la tenue du sommet nord-coréano-américain. En 2006, Washington annonçait le rétablissement des relations diplomatiques avec Tripoli. Mais, pour l'heure, cette dernière n'a pas rendu publiques les concessions qu'elle propose, hormis des engagements envers la dénucléarisation de la "péninsule coréenne", une formule sujette à interprétation.

Pyongyang a passé des années à constituer son arsenal nucléaire, menant l'année dernière son sixième essai atomique, le plus puissant à ce jour, et tirant des missiles capables d'atteindre le territoire continental des Etats-Unis.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL