Au moins deux ex-agents de la DGSE soupçonnés de trahison

Marcel Micheaux
Mai 26, 2018

Ils sont soupçonnés d'avoir travaillé pour les autorités chinoises, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier.

"Aucune source officielle n'a confirmé à l'Agence France-Presse qu'il s'agit de la Chine".

"Je ne peux pas en dire beaucoup plus", a-t-elle prévenu, ajoutant que les agents étaient à la retraite.

L'un des agents soupçonnés était en poste à Pékin, selon les journalistes de Quotidien, qui ne donnent pas d'éléments sur les fonctions des autres mis en cause. En 1983, un diplomate français, Bernard Boursicot, avait été arrêté par la DST après avoir collaboré avec les services chinois. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. "Cette intrusion majeure au sein de l'appareil d'Etat a été révélée dans le cadre d'une enquête menée par un autre service de renseignement français, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), affirment les deux médias." Extrême gravité "Mais selon le ministère de la Défense, autorité de tutelle de la DGSE, c'est cette dernière qui a elle-même découvert le pot aux roses".

Chris Froome s'empare du maillot rose après un numéro incroyable — Tour d'Italie
La cavalcade de Froome a éclipsé la défaillance complète de son compatriote Simon Yates , en tête du Giro depuis la 6étape. L'ascension, très longue (18,5 km), a grimpé jusqu'à 2178 mètres, le point le plus haut de ce Giro .

Accusé de harcèlement sexuel par huit femmes, Morgan Freeman présente ses excuses
Parmi les victimes se trouve une journaliste de CNN , Chloe Melas, coauteure de l'article dénonçant les actes de l'acteur . Elle explique avoir subi de nombreux commentaires sexuels pendant une conférence de presse pour " Braquage à l'ancienne ".

Marc Machin soupçonné de "viol sous la menace"
Le véritable meurtrier, du nom de David Sagno, s'était présenté à la justice et Marc Machin remis en liberté en octobre 2008. Puis en 2009, il a été arrêté pour trois agressions sexuelles et condamné en mai 2010 à trois ans de prison.

Ils "ont été détectés" par la DGSE (renseignement extérieur français) elle même "qui a porté à sa propre initiative ces faits à la connaissance du procureur de Paris", selon le communiqué. La DGSI dépend, elle, du ministère de l'Intérieur.

Les chefs d'inculpation sont les suivants, "livraison à une puissance étrangère d'informations portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation", "intelligence avec une puissance étrangère portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation", "collecte d'informations portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation en vue d'une livraison à une puissance étrangère", "compromission du secret de la Défense nationale par une personne dépositaire du secret de la Défense nationale". "Deux de ses anciens personnels et la conjointe de l'un d'entre eux ont été déférés devant un juge d'instruction pour des faits "susceptibles de constituer les crimes et délits de trahison par livraison d'informations à une puissance étrangère, provocation au crime de trahison et atteinte au secret de la défense nationale".

"Les faits reprochés " constituent un point d'attention majeur pour la DGSE comme pour tous les services de contre-espionnage français", a souligné le ministère des Armées".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL