Emmanuel Macron annonce de nouveaux examens médicaux pour les enfants

Henri Michaux
Juin 14, 2018

Ensuite parce que cet extrait a judicieusement été publié la veille du discours d'Emmanuel Macron à la Mutualité, où le président a présenté les grandes lignes de sa politique sociale. Et de souligner la fin "intéressante" de la phrase d'Emmanuel Macron: "Le président fait un constat que nous pouvons tous partager, qui est que aujourd'hui, alors que nous avons progressivement mis plus d'argent sur les aides sociales pour contrecarrer le chômage, nous n'avons pas réduit la pauvreté". "D'un côté, il dit qu'il faut plus de prévention des risques médicaux, mais de l'autre, il précise qu'il faut arrêter avec les actes médicaux inutiles et trop nombreux, que la solution n'est pas toujours de dépenser plus d'argent pour mieux soigner". "On met un pognon de dingue dans les minimas sociaux et les gens ne s'en sortent pas".

A la tribune Montpelliéraine après une bonne heure d'un exposé philosophique salué par quelques sifflets et que l'on peut résumer par, " il ne faut pas se contenter de la redistribution monétaire.

Cette logique, il l'a exposée de façon plus directe encore dans une vidéo diffusée mardi soir par sa conseillère en communication, Sibeth Ndiaye, le montrant en train de préparer son discours de Montpellier.

"On entend que des gens qui râlent et qui dissertent sur des débats qu'on a déjà eu 1000 fois, sur le fait qu'il est méprisant, condescendant et il n'y a pas une proposition alternative", conclue-t-il. Mauvaise nouvelle: "les dépenses sociales, vous les payez, nous les payons", a lancé M. Macron, en écho à la récente cacophonie gouvernementale autour d'une possible réduction des aides sociales. Il va aussi préciser les mesures pour le "reste à charge zéro", c'est à dire le remboursement intégral de certaines lunettes, prothèses dentaires et audioprothèses. "Par l'éducation.", s'emballe-t-il ainsi. "Sur la santé c'est pareil".

La grande majorité des plus vieux baobabs d'Afrique se meurent
Ils supposent que le réchauffement climatique pourrait être la cause de cette disparition " d'une ampleur sans précédent ". C'est ce qui ressort d'une étude publiée dans la revue scientifique Nature Plants .

Lopetegui viré, le patron de la Fédé sur le grill (officiel) — Espagne
Comme Zidane, Lopetegui a évolué au Real, entre 1985 et 1991, et a également entraîné l'équipe B du Real en 2008-2009. C'est un professionnel intégral mais les formes ne sont pas correctes. "On vous le communiquera plus tard".

Première bande-annonce attachante de Dumbo, de Tim Burton
Mais quand les enfants de Holt (Nico Parker et Finley Hobbins) découvrent que celui-ci peut voler, l'entrepreneur persuasif V.A. Mais cette particularité lui ouvrira les portes du Cirque itinérant de sa mère et lui permettra également de s'envoler.

Pour dénoncer un système "trop complexe" et "peu humain", il a pris l'exemple du RSA, soutenant de manière assez brutale que s'il avait augmenté ces dix dernières années de 80%, l'accompagnement de ses bénéficiaires avait baissé dans le même temps de 40% "en termes de dépense". "Il a confirmé qu'il n'en avait pas", ironise le secrétaire national de la CFDT, Laurent Berger, déçu par "un tournant social qu'on fait mine d'annoncer et qui n'a pas lieu".

Ses premiers mots sur le sujet étaient attendus hier, jusqu'au sein des économistes coauteurs de son programme et de sa majorité, impatients de découvrir sa jambe gauche.

"Le CICE coûte un "pognon de dingue" (20 milliards), ne crée pas d'emploi, mais curieusement, Macron ne juge pas qu'il "déresponsabilise" et n'envisage pas de le supprimer", a pointé du doigt le communiste Ian Brossat, adjoint du maire de Paris en charge du logement.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL