SNCF: il n'y aura pas de grève unitaire en juillet

Aubin Brasseur
Juin 19, 2018

À la sortie de cette rencontre de relance des négociations sur la convention collective nationale (CCN) du secteur ferroviaire réunissant syndicats et patronat autour de la ministre des Transports Elisabeth Borne, le net mécontentement de la CGT et de SUD contrastait avec les points positifs relevés par l'Unsa et la CFDT, qui souhaitaient cependant voir ces avancées consignées par écrit. "On mobilisera à bon escient", a-t-il dit. Celui-ci réunissait mardi son conseil national pour décider également d'une poursuite ou non de sa mobilisation par la grève en juillet, réunion qui devait "durer toute la journée", a précisé à l'AFP Sébastien Mariani, secrétaire général adjoint de la CFDT Cheminots.

Des jours ciblés plutôt qu'un nouveau calendrier de grève?

Avec la réforme ferroviaire voulue par le gouvernement, "on a perdu un maximum mais la bataille n'est pas terminée (.) On veut donner des perspectives d'avenir au ferroviaire et aux salariés", a-t-il insisté.

Le secrétaire général de l'Unsa ferroviaire, Roger Dillenseger, a évoqué ce mardi une méthode alternative à la grève et a estimé que la CGT avait manifestement fait le choix de mettre fin à l'unité en vigueur depuis trois mois.

Les Bleus pas ridicules face aux Blacks — Test-match
Le match test s'est terminé sur un score de 13 à 26, dans le cadre de la tournée de juin. Deux jours après, la commission de discipline a donc décidé de d'annuler le carton rouge.

Trump accuse les migrants de changer la culture européenne
"Et cela pourrait être réglé rapidement, magnifiquement, et nous serions en sécurité". Les Américains ne prennent pas les enfants en otage".

L'Elysée dément des propos attribués à Trump sur les terroristes à Paris
Le Wall Street Journal a relaté le 15 juin quelques éléments des coulisses du G7 de Charlevoix les 8 et 9 juin. De son côté, le Président américain a démenti les allégations. "Tout est faux", a commenté l'Élysée à l'AFP.

Deux options sont sur la table: rejoindre le mouvement de la CGT pour une grève les 2, 6 et 7 juillet prochain ou "mettre la pression sur les négociations de la convention collective de branche", explique Florent Monteilhet, sans en préciser les modalités. Déjà en mai, malgré son scepticisme, elle s'était associée à la consultation Vot'action pour "maintenir l'unité syndicale". Et vendredi dernier, elle avait qualifié d'"irrespectueuse" pour les autres organisations la décision en solo de la CGT Cheminots de poursuivre la grève en juillet. Actuellement, il n'y a "pas de calendrier ferme" pour les négociations sur la CCN avec l'UTP (Union des transports publics et ferroviaires, patronat).

Désormais, l'Unsa "adaptera sa mobilisation au calendrier des négociations de la CCN et à la SNCF", a expliqué M. Dillenseger.

De son côté, l'Unsa ferroviaire organise "une téléconférence avec toutes (ses) structures régionales" mardi matin, a confirmé Florent Monteilhet, où "la question va être posée concernant la suite, l'après-28 juin". A comparer au plus haut niveau, 33,9% de grévistes, le premier jour du mouvement. Même si la mobilisation s'est peu à peu étiolée (jusqu'à tomber à 10,80 % de grévistes lundi), il reste encore un bataillon de cheminots qui refusent de se résigner, et ce sont autant de voix que la CGT et Sud, positionnés tous deux sur une ligne contestataire, ne veulent pas laisser filer.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL